Archive pour slough feg

146. Vision De Syphilis : De Chasse Et De Sang Mêlée

Posted in meurtre with tags , on juillet 24, 2009 by 1000morts

Phylis, l’aimée des dieux, du chaos et de l’ampleur des chocs souterrains. Les éclairs dans la caverne, ce sont elle. Le service quotidien de Slough Feg, quand Liz n’utilise pas le Dieu Cornu pour ses propres desseins ; les peintures aux murs crevassés, les scènes de chasse et de sexe mêlés, l’abattoir des eaux perdues ; ce sont elle. La quintessence en son pistil rageur.

Publicités

056. Slough Feg

Posted in sacrifice with tags , , on avril 25, 2009 by 1000morts

Liz sorcerise dans son trou dans la terre, ses sept poteries bulbeuses fumant de sept essences, hêtre, if, noyer, pommier, aulne, noisetier et surtout saule. Dieu Du Passage, dieu peint sur les parois internes de Liz, dieu à la corne brisée par la danse, dieu de la trinité idéale : mouvement, changement, simplicité.

Les volutes quintessentielles déplacent les ombrures au plafond et s’extirpent pour embaumer le chemin d’accès, tout juste une fissure dans la paroi abdominale de la montagne qui brûle en son sommet. Les pièges tapis, le carrelage noir et blanc, les portraits aux yeux mouvants, minotaure caché derrière une porte, vampires et fantômes, le dragon charmé et la flèche qui ne manque jamais son but, formule magique, outils qui creusent et déblaient par eux-mêmes, les parties de dés où se jouent la vie d’un homme. Liz, blottie au fond de la montagne sacrée, perpétue ses ensorcellements. Ses trois clés multiplient leurs erreurs d’un éparpillement dans les souterrains, les galeries, le labyrinthe, une conque de déraison. Liz appelle le dieu cornu des anciennes croyances, l’animal humain, son dévouement dans l’ouverture des portes menant aux enfers respectifs. Et l’acier mêlé de sang se goûte dans son rire.