Archive for the sexe Category

408. A La Conquête Des Fleurs Du Stupre

Posted in sexe with tags , on avril 1, 2011 by 1000morts

La concupiscence des choses armées, fleurs du stupre, pénétration des lieux infertiles.

Deux échappées aux clavecins du secret, l’une curiosité, l’autre convoitise. Toutes deux enlacées quand intervient le criminel recherché, le visage sur les affiches.

Musique des recueillements. Il rend compte sur papier glacé.

Muqueuses, elle baise le pied, l’image au ralenti, l’image d’une double blondeur, scènes du sexe unique, puis l’accélération du souvenir, le compte rendu, bouclé, éperdu d’exactitude. Rien n’est caché ; tout est montré.

L’essence même du parfum : révéler en concentrant.

Tout peut rentrer dans tous, le fruits des perles, des blessures, des engoulevents. Les aspirants d’âmes, énumérés sur les toits à pignon, la galerie d’organes violés en batterie, dans les cellules sans consentement.

L’une est mangée, l’autre est goûtée. Décalages images/sons, le pouls ralentit, jusqu’à éjaculation des simulacres.

Publicités

253. Le Syndrome D’Euryale II

Posted in sexe with tags , on novembre 7, 2009 by 1000morts

Glass nourrit des soupçons. Son éducation chez les jésuites n’a pas laissé de traces que sur sa peau de Rouquin. L’homme a des lettres, et sa passion pour les coucheries gréco-romaines lui sert aujourd’hui à autre chose qu’à emballer des ‘premières années’ naïfs. Il y a une dimension, une facette à ce regard qui le paralyse. Il n’y lit pas de perversion morale – plutôt une absence totale de morale ; pas plus de de perversion intellectuelle : seul l’animal s’ébroue au fond de cette double rétine sauvage. Perversion sexuelle : ses souvenirs tiltent comme un flipper en extase. Elle est soeur des aveugles à l’oeil unique, des nombreux monstres de l’eau ; soeur des fleuves de serpents, des scènes de baise sur l’autel, du courroux et de la lie. Elle lui fait face, plongée dans l’ombre chaude d’un cyprès. Dans ce parc où nul passant ne semble vouloir prendre pied. Ce parc trop sombre qui paraît refermé sur lui-même, comme d’une façade creuse à l’abri des mutations. « Tu es à moi, entend-il. Et tu le sais. »

214. Cheveux Noirs, Chevaux Blancs

Posted in destruction, poison, sexe with tags , on septembre 30, 2009 by 1000morts

Liz/Messaline, deux expressions de la même existence femelle, les mots écrits pour l’une, le poison liquide, flottant au milieu de la bouteille pour l’autre, et cette indifférence mutuelle qui enserre le flacon jusqu’à l’abrutissement et l’implosion. Le jumeau s’auto-érotise dans sa sphère de verre. Et éjecte sa semence en manière de bulles d’air prises dans les parois vibrées.

030. Vision De Liz : Embaumement De L’Enfance

Posted in sexe with tags on mars 30, 2009 by 1000morts

Le premier filament est sorti de son vagin à la puberté.