Archive for the poison Category

533. Sous Son Dos L’Exosquelette De La Fin Des Temps : Attachement 2/2

Posted in immolation, poison, suicide with tags , on janvier 21, 2020 by 1000morts

Son sourire du feu, Liz à l’écoute des craquements de la pluie sur les murs, les lézardes envahissant les miroirs sur les murs, et les passages interstitiels, une lumière rouge foudre, voitures sans volants déboulent dans les bifurcations, tournent à angle droit dans les avenues euclidiennes, ces rêves sans bruit, ces lames poussées sur les paumes, et ces yeux fermés quand les géants lui tournent le dos. Leurs épées flammes. Les portes gardées en vain. Personne derrière les jardins. Les jardins derrière les paupières, dans les étages vides. Quelque chose se passe au soixantième étage, cette disparaissance, la vocation de rire dans le feu, sa voix comme ligne rouge discontinue sur son bras, coulant dans un flacon de verre blanc.

Est-ce toujours ainsi ?, dit-elle dans sa voix d’os.

Ses premières couleurs fossilisées. Pendentifs tremblant dans les soupirs.

Cette ville bleue, parcourue comme un chant vaudou, de serpents dans les parages, les fenêtres sans reflets, machineries immenses derrière les maisons closes, lentement, lents escaliers, lentes montées vers les cités abandonnées, ses jambes nues la trahissent, baiser des clôtures, le son cuivré des derniers abandons, et cette flambée dans l’huile du matin.

Elle continue de marcher.

Sa peau chante.

Elle vieillit sans parole, elle hurle le rien, l’alcool comme effet testamentaire, ses mains plongées dans l’eau des incendies.

Liz tend un bras vers le Soleil Bleu de Skylight Republic. Ses biospots cyanurés séparent l’or du poison. Partout la poudre et les corps secs. Intestins dénoués sous la lumière crue.

Liz tend un bras vers la Lune Pourpre de Tikal. Ses biospots muqueux, la musique de ses trous de verre, la souple engeance des danses qui s’y donnent, cette maison décevante, à moitié en ruine, en contrebas d’une forge à l’acier froid, et ces traces partout, ces chants à l’ouverture, retranchée dans sa chambre elle écrit des lettres du suicide, traîtresse dans les évocations du matin.

Liz tend ses jambes, jointes aux encolures, vers l’émanation du Core Motel, Les six chambres encore libres, vacuité des intérieurs, où résonnent les pas de cellule en cellule. Tout dessine des caractères romains. Brillant dans l’obscurité. Malades d’une énergie radieuse. Des tatouages démolis à la racine des cheveux.

Aucune rue ici ne se souviendra de sa voix.

Semaine après semaine.

Tous ces yeux brillant de couleurs.

Sous ses pieds les étoiles.

La peau des dragons.

La langue pointue des éperons.

Sous son dos l’exosquelette de la fin des temps.

531. Sa Langue Fissurée D’Angles Goûte Le Bruit Des Filaments Qui Cèdent : Dénuement 2/2

Posted in devoration, noyade, poison with tags , on janvier 19, 2020 by 1000morts

Des oiseaux, ici ?, se dit-elle. Des oiseaux qui plongent pour dévorer leurs proies. Des oiseaux immenses à son visage. Ils dévorent son foie, le lieu de tous les échanges, un creuset où tout le monde frappe, maisons de carton et de bois flotté, tomber dans les couloirs pour ne plus se relever, musique qui suinte des murs, sa propre petite cathédrale de toile et d’araignée.

Dans sa bouche un jardin d’écailles.

Penchée sur un mouvement, morceaux d’étoffe immobiles malgré la tornade, zébrures sur ses bras, vomissures, les dents pointues dessinent des autorisations sur ses bras, l’effet secondaire des préméditations.

Ce goût acide du poisson-globe. L’air qui pourrit tout. Ses poumons enflammés par l’eau. L’étincelle des remous.

Monocorde, sa voix sous influence. Drapée de dorsales, Liz parle aux surfaces. Les grandes cités vides où l’air est l’eau.

Sa langue se recroqueville. Fissurée d’angles. Elle sent la colère. Engloutit les épaves. Elle goûte le bruit des filaments qui cèdent.

Démangeaisons non euclidiennes. Sous ses pieds le sol qui remonte.

Elle touche le fond et émerge, bougie de fèces vouée à la solitude, recrachée sur la grève dans un grand rire sans écho.

519. Liz En Sa Cathédrale Enfiévrée De Tumulte : Mère 2/2

Posted in disparition, poison with tags , on janvier 7, 2020 by 1000morts

Sa main sur l’épaule. Droite dans sa robe intacte, comme un écran blanc où se projettent les images de la fuite. Poursuite qui la suit ; public de poussière.

Liz prononce les mots des disparitions. Elle a peur des enfouissements. De la peine infinie. De la magie de la perte.

Elle voyage dans le temps, revit les déchirements les uns après les autres. L’attaque prochaine des figures féminines, leur intolérance dans le liège des renoncements.

Elle croise le goût du métal, s’apprête aux dernières attaques, à ce niveau l’odeur d’eau est étourdissante. Liz chantonne des cris d’animaux, en musique, dans ces corridors de cordes vocales ; elle s’éveille aux secrets, emprunte les passages secrets, révèle l’acanthe enracinée de ténèbres, et revient toujours ici, au croisement des bifurcations, son visage dessiné dans la tourbe, cette odeur de chenilles et de mariages consanguins.

Liz en sa cathédrale de sang, enfiévrée de tumulte, image pétrifiée gravée dans le temps, comme une ligne jetée ici parmi les souvenirs des fins ultimes. Elle tombe amoureuse. Ses genoux qui touchent terre, le tissu déchiré, l’interpénétration du viol et de la culpabilité, toutes ces bouteilles alignées sur les rayons de glaise. Tout remonte le courant des générations. Tout s’effiloche dans les ambitions démesurées et la tranquille émotion d’une médiocrité révélée.

Liz perd le fil des lacs de lave, de l’ouest et du nord, de l’est et du sud, des horloges sans aiguille et des enterrements dans la boue, du haut comme du bas, des injections diagonales, et du poison, du doux poison des racines. Là où le soleil ne fait que se coucher. Où la seule direction est celle du passé, du plus-loin, de l’au-delà.

512. Venin Des Myrtilles Dans La Glace Des Étangs Gelés : Audience 1/2

Posted in exécution, poison with tags , on décembre 31, 2019 by 1000morts

Entrée des lames à rebours. Images des reflets, boucles sonores, sa main posée sur l’eau saumâtre, réflexe des pores qui boivent dans l’obscurité du matin, lumière des soleils blancs, dissonances, et sa mélodie incorporée dans les rayons d’aurore irradiée, consonnes dévoyées sur les nationales secondaires, les routes de la boue, ornières où les corps se relèvent, et dans l’arrière-fond la chanson des souffles, l’emphysème des chœurs antiques, une note plongée dans le feu nourri de la chair, herbe couchée, la foule se rassemble sur le champ des deniers, cet homme qui distribue les cartes, sa bourse pleine d’épées, son cœur au fourreau, pièces de métal sans tain, pendu par les pieds il harangue le public, debout sur son outre vivante, sa baleine échouée au goût de tourbe, il réunit le jury des procès du levant, ici les silhouettes couchées sous le poids des glaives, une image dans la glace des étangs gelés, prononce les sentences.

On dit qu’elle va tomber, dans l’eau froide où déteignent l’ombre et le venin des myrtilles.

Ces milliers d’yeux noirs frottés contre le liège enflammé.

Collés contre eux-mêmes dans la décollection d’un abîme dédoublé.

Ici les têtes roulent, appuyées de mécanismes et de métaux rares. Ici coule l’eau lourde et forte des collines hautes. Mais ici les spectateurs s’unissent dans la vision.

Les phrases se répètent. Les phrases de la lune.

Garder l’eau dans la bouche suffisamment longtemps.

Garder une partie du corps.

Échelle qui descend.

Serpents qui montent.

Échelle qui descend.

Tous les anges se morfondent.

Dans le miroir leurs reflets d’anophèles, sans bruit sans bruit ils descendent aux tombeaux.

Aux tribunes du choix. Où sent l’alcool la bouche des vermines.

La bouche qui choisit. Mais ici convergent les silhouettes du jugement dernier. Et la peur de la chute n’entrave pas l’escamotage des fondations.

510. Triste Vipère Enserrée Dans Son Gobelet D’Aurore

Posted in poison, pourrissement with tags on décembre 29, 2019 by 1000morts

Ses mains aux quatre doigts, son âme-sorcière, sa procession de flambeaux, sa colère-serpent, ses espaces atténués de bézoards, sa robe-acier, ses échanges contre nature, ses hume-pistil, et la cadence avec laquelle elle descend les échelons, marche après marche vers la cave et plus bas que la cave, les passages secrets, les découvertes escamotées du soufre, étage bleu des concaténations quand tout boursoufle au toucher, tout la démange et l’hémophile, dans la terre ancienne, l’heure sonne pour le troc et l’anéantissement, devant la grande baie vitrée donnant sur le sable et le calcaire ensanglanté, devant la foule, devant les formes attablées qui la pointent du doigt, les sourires aux langues fendues, sa toux sonore, baleines échouées, ses souvenirs comme coagulation fossile, l’œuvre avance des outils du diable, ici creusent les fantômes dans la glaise des corps, ici les tunnels et la vie dans étuis de cuir, marqués des chansons dénuées de sens, la chance en première base, pioches débusquées dès l’aurore, masquent discrètement les fauteurs de troubles, la mémoire émiettée sur la couverture de boue savante, gravée au front des symboles de mouvance, l’homme aux gants de peau, les secrets du dessous, éclairs assouvis de chair, dans la crasse et la lueur, la danse des effrayés au sommet des mâts, mais ici les montagnes abattues, condensées dans l’incandescence d’un ventre de colline.

Liz-sans-nom, seule de son espèce, silhouette centrifuge, couverture tannée de cervelle, expose ses antennes au soleil noir des abîmes. Ici où la colombe dévisse dans les lacs d’acier définitif. Bas-relief aux cris de serpent. Dans les creux et les concaves.

Elle parvient à une fourche où elle ne s’aventure pas. Dans les cavernes violettes des interzones, résumé des opérations, une fois dans l’année où les âmes sourdent, enivrées de rosée, humant l’air aux pistils d’aube, au nord des fleuves fendus, soulignent l’invasion des insectes, Liz pointant les étoiles dans les toitures, la fluorescence, la musique ténue des ponts d’Obéron, ces avancées rocheuses enjambant les aqueducs souterrains, où elle s’offre aux recommandations des conseils de l’inceste, amour du pourrissement, course contre la mort, elle ignore qui s’avance parmi elle, figure encapuchonnée, l’heure tourne, bruit de balancier, de métronome dans les couloirs interrompus, de sauvagerie dans les pièces verrouillées de l’intérieur, cerveau gommé de crocs de boucher, chambre des mauvaises chances, aux lieux des vieilles créatures, bouffies de sainteté, violées dans l’adolescence par les reflets de tristesse et de carreaux de poussière, doigts marqués dans la sauge, racines de pendus, racines qui hurlent, sirènes des sous-sols, plongent et remontent respirer les airs du poison.

Liz repose l’amour où elle l’a trouvé.

Triste vipère enserrée dans son gobelet d’étain.

Tatouée dans sa peau de chimère.

Échouée des falaises trouées, fabriquées de toutes pièces, parcourues de tunnels cicatriciels, du flanc tacheté des lamentations.

Liz-la-blanche se repent du malheur des autres dans les grandes cités vides sous la lune.

506. Wier Coupé Lèche Son Poison À Même La Peau : Cercle Six

Posted in famine, maladie, poison with tags on décembre 25, 2019 by 1000morts

Noyau immobile.

Recroquevillé au centre de la chambre, Wier cache son visage. Dehors la lune de coupes, clarté du visage, ici l’envahissement des armées du levant, toutes ces écailles brillantes, ces facettes aux yeux multiples, ces corps fixés par le visage, la cécité des incendies volontaires, et là le ciel noir et la lune de lames, qui recueille et boit les liquidités amères, et recrache en l’intérieur le dross des dominations millénaires.

Wier tombé comme un météore. Une inflammation des muqueuses. L’allumette grattée au goût de soufre. La brume qui sourd des arbres abattus, la lune de veines auréolée d’éclaboussements de vert et de magenta.

Il sécrète son propre poison qu’il lèche à même la peau, luisante de rayonnements.

Derrière les murs les visions inconnues.

Ici la chaleur des dernières extrémités où tout s’éclaire de révélations bleutées de blanc. Ici où guettent les bêtes privées de tout. Enfants des famines, animaux de la peste, l’affûtage des crochets, lune d’argent ramassée sur un coin d’ongle, retombées en pluies chlorées, ici sous le toit qui ne protège pas, Johannes Wier invoque sans bouger la protection de ses dieux d’os.

Immobilité nucléaire.

504. Empire Des Étincelles, Citadelles Du Venin : Cercle Quatre

Posted in devoration, poison with tags on décembre 23, 2019 by 1000morts

Labiodentales du peuple bleu nuit, leur peau teintée des rassemblements aux tables sans épaisseur. Ici accrochés au mur, les petits êtres noirs, toits pointus, leur alignement de maisons sans fondation, et le bruissement des branches nues.

L’appétit parmi les troncs. Chaudières humaines roulant sur elles-mêmes, ventres creusés de bouches, creusement dans les flammes, l’acier oxydé de larmes suit les ombres dans les recoins, hume leur odeur de suie, les machines à recoudre la viande, lames blanches et lames noires, dents qui grincent, claquements menus derrière les branches agitées par le vent. Leur iridescence, ici, dans les escaliers des entrailles. Quelque chose d’une main devenue, la pierre, couverte de béton, fossilisée de mémoire. Sa trace sur les sons.

Lessive éphémère. Il marche autour du marbre, lentement, comme lisant des lettres dessinées par des corps en mouvement, ces trois globes oculaires étendus sur la glace, il pose sa main sans phalange sur la toile verte, North ressent la poussée des magnitudes.

L’ouest, fumée des vapeurs, la politesse des anfractuosités d’où s’échappent des esclaves.

L’est et ses étendues opaques, son émeraude tissée d’attouchements, les nuages au sol, anéantis dans la rosée.

Le sud, les cris d’incendie dans la ville, cernée de serpent, où des jaguars s’abreuvent dans les rues vides.

Le nord, forêt des falaises, règne des cheminées du corps, où prolifèrent les fournaises et l’extrême absence de tout combustible.

Là où le soleil se lève bientôt. À gauche le visage de la nuit ; à droite l’empire des étincelles. Et derrière Henry North, le retour aux citadelles du venin.

500. Souvenir Calcifié Des Anéantissements : Sous L’Angle De La Maison-Sorcière

Posted in immolation, irradiation, meurtre, poison with tags , , , , , , , , on décembre 19, 2019 by 1000morts

L’air est flammes, ici où les géants ont copulé sur les monticules. Lames de volcans. L’aveuglante nudité. Des œufs étranges sous le nid d’étoiles. Alors il n’y avait que du sang rouge dans les tranchées. Des visages interdits tendus vers la lune. Les reflets du poison sur leurs peaux d’écailles. Quelque chose dans la rythmique de leurs cris, la pulsation de leurs griffes, le chant de grillon parmi leurs étincelles internes. Tout près d’ici, le grésillement d’une chair en feu dans une carcasse de voiture. Les abords des ruisseaux nucléaires.

Chute de mondes.

Ici où les racines plongent, où les astres portent un nom, numérotés d’usage, endogames en leurs cryptographies du diable. Coupés des artères, dans l’arrière-boutique du corps, ces silhouettes cyclopéennes s’ébrouent en contrebas de la maison.

D’ores les coquillages s’amoncellent. Pétrole incandescent. Lui qui explose au bain amer. La colline comme un poing serré. Un œil ouvert sur la boîte. Ces fruits aux autres couleurs. Ici où les nouvelles créatures se serrent les unes contre les autres, pour s’échauffer. Sous les pluies acides. Les lignes de basse, réunies en un nuage, rubans de voix, visages qui hantent derrière le verre dépoli. Les enfants s’éveillent au bruit qui claque. Jouent à cache-cache avec le temps.

Et déjà les ossements s’entassent, allongés sur les civilisations pétrifiées, œil ouvert œil fermé, nettoyés à l’alcool. Strates après strates. La fortune des envieux.

Affamés, les seigneurs de la faim négocient leur passage dans un autre monde. Ici où les fenêtres oculaires grésillent au tison de l’appétit. Leurs doubles rangées de crocs saignent au délire de la peau. Caressent les contours d’une ombre. Et entendent les cycles de l’écho.

Ces animaux creusent les fondations, rabattent les monceaux de laitance, encerclent la suie dans les collines creuses, appréhendent les retours maudits, touchent du doigt le chambranle des portes définitivement closes.

Néons de couleur aux bordures.

Mâles déguisés en femelles près de la chandelle allumée.

Ici où tout est flammes.

On pose les bases d’un mensonge de stèle.

Papillons d’yeux sur les paumes de leurs mains.

Vapeur poreuse découpée en bloc.

D’un côté, les pierres s’élèvent ; de l’autre, la paroi s’éventre. Bientôt gagnée par l’herbe et l’ordure, les salamandres de l’autel, les sentiers qui perdent la vue. Falaises déchiquetées longent la voie ferrée. Ici où l’on dresse des fours comme totems des aliénistes.

Ici où mourir signifie retrouver la chaleur.

Par-dessus la colline noire, mil neuf cent vingt-sept, les pierres s’ajustent, les chairs brûlent, plan de travail, factures non payées, et ces hommes qui poussent, tirent et élèvent, barbouillés d’une suée blanche, pour le prix d’un exilé, un qui se multiplie comme un miracle. Eux triturent les viscères. Leurs corps dans la pierre. Leurs corps dans la pierre.

D’une façon ou d’une autre il y a eu pacte.

Portrait d’un crime, recouvert de ciment ; pas de reflet, jamais, de la maison dans le petit étang qui la polit comme un miroir. Rien ici ne se vit.

Buissons de noisetiers. Fosse septique où les enfants se perdent.

Trois générations pour jouer à la roulette russe. Point de guet pour l’entre-deux. Zones d’apitoiement des vents contraires. Quelque chose dans le ciel qui se déchire. Tenir tout au bout des doigts, le serpent luminescent, les regards en plongée, les iris découpés, l’avenue cachée sous les serres chaudes. Le goût du soufre ouvre des portes. Là, tout près de la caverne à la vierge. Planquée comme une chienne le long des marches. Tout ici a toujours été ici.

Et très vite les chambres à part. La séparation des dynasties qui se lèvent. Vue sur les najas. Vue sur la clôture épidermique. D’un étage l’autre, brume napalm du silence.

Ici où l’on bâtit une chapelle, ils atermoient sur leur âme lorsqu’il s’agit de se planter un couteau dans le cœur. Ils ont fait ces caves, ces tunnels aux murs de terre sèche, ces bifurcations, ces étouffements. Ils ont fait ces carreaux bleu et blanc, ces portes-fenêtres et ces pièces du sommeil, ces montées d’escalier de la morsure, ces paliers d’où l’on se jette, ces chambres de scission, et ces dernières marches vers le sommet. Balcon de verre sur la nuit, paratonnerre pour garde-fou, les larmes conductrices d’étincelles.

L’odeur du créosote et du cyanure. L’or blanc des maisons de passe. Toutes pareilles. Buissons desséchés, les hurlements des créatures, deux-façades de la misère, des histoires plein les commissariats, murmures aux veines blanches, ils ont monté des grilles et bâti des dépendances, hululement de l’alcool, fosse commune, l’odeur des bêtes et de la merde, quelqu’un à la fenêtre, dans la strangulation de son monde, un rideau de mains, briser le plomb d’une glace sans tain, et cet animal sans reflet, ses yeux d’images glacés de mauvaise nourriture, un chemin qui monte vers les nouvelles dépendances, et par-delà les grilles l’autre route, entre le grumeau d’une peau rouge et l’alignement pervers des excroissances, le tuyau d’eau glacée, les discussions à rebours, ne pas voir la folie, ne pas sentir l’odeur du cadavre, lui préférer le masque des iris coupés et le rictus des acouphènes.

Ici où l’on bâtit des lignes à haute tension, où les serpents emportent de pleines phalanges, où les murs de mues découpent les poèmes noirs en échardes.

La schizophrénie comme pratique moderne de l’échangisme individuel. Une chambre pour une autre ; passage des fluides corporels d’un étage à l’autre ; transfert des musiques du chambranle ; salles-mausolées aux sarcophages anéantis. Toutes les facettes d’un même diamant faux.

Alignement de pierres dressées ; livres debout dans les bibliothèques de la nuit toujours, face aux cités découpées de persiennes, les statuettes en morceaux, rocking-chair des femmes absentes, et toujours ce parfum, la fleur des respirations nocturnes. Dormir sans paupières. Branlettes sous les tapis de toilette. Spectacles permanents par-dessus les lavabos. Les cuisines mutent en salles de bains. Chambres d’amis où perdure la maladie. Mémoire d’artériosclérose latérale. Mémoire de chapelet. Mémoire du refus et du bannissement.

Faire attention aux pas, aux grincements. Ici où les bêtes viennent boire. Les monticules se font prison. En leur creux coulent les fluides de la viande.

Premières marches vers la porte définitive, l’antichambre des renoncements, goût de métal sous la langue.

Sous la lumière oblique des chambres qui n’existent pas. Boire l’oubli. L’angle précis sous lequel apparaissent les filaments d’aigue-marines. Exaltés par l’accroissement des montagnes oculaires. Comment cerner une maison qui s’échappe de partout ?

Fenêtres de bois vernis. Leurs mécanismes escamotés. Basés sur la domination. Visions du château-fort. Visions des distances. Accumuler les expériences. La sueur et le sang. Petite boîte encastrée à gauche de la grille. Des fleurs à séquestrer. Dormir dans la paille plutôt que rentrer chez soi. Subir les questionnements. Raconter les vies.

Sentir les tuiles sous la main. Des propositions d’effondrements. Être un nuage accroché aux anfractuosités. Et sa robe tachetée de trous noirs, devenir ce qu’on n’a jamais voulu qu’on soit. Deux impasses sur trois. Une chance sur neuf de trouver le sourire.

Elle partout dans les murs, sa disparition dans le monte-charge sur quatre étages, toutes ces morts évitées de justesse, tomber dans l’oublie, faire lire les lignes de la paume, les lambeaux à déchirer, quelque chose du sang qui perle, impossible tu comprends ? impossible mais tu sais ce qui se joue ici, ce qui doit se dire, ces jeux de hasard où l’on fait gagner l’autre, la perte du souvenir comme effacement de la pensée, musique atroce, identification des généalogies, elle donne naissance à son père, ici c’est elle.

Conte de fées de la pauvreté. La maison se bâtit d’elle-même, elle enfante ses coupe-gorges, tout le prix qu’elle y met concourt aux descendances ensanglantées. Elle enfant voit les pierres s’élever d’elles-mêmes, magie des transparences, des maisons identiques, des nourritures pour les porcs. Elle soulève la fonte et succombe aux atours de la dame en noir.

Aux appendices mutilés.

Courir les bras contre soi, contre la montre, vers la gauche contourner l’arbre et retour, s’arrêter avant les territoires interdits, les kiosques de caresses, les attouchements, les prairies gonflées d’étrons, les animaux pleins, les frontières de tous les territoires. Ricocher vers la maison et, devant son visage inverse, voir le fer planté dans la chair. Et les larmes métallurgiques étouffer les cris et les reconnaissances.

Ici où le verre égrène ses visages, constater la couleur, l’absence de lumière, la rambarde qui plante ses échardes sous les ongles, le puits peu profond, fenêtre vers un ciel de nuit, oubliette vers l’infini, quelqu’un s’appuie sur le bois, l’homme aux images, qui se noie dans un fleuve serpent, ici où les tatouages remontent le fil du temps, où les ongles grattent la fine couche d’étain, où les limites sont atteintes, il faut se réchauffer en brûlant les amoncellements.

Au ciel où butent les descendances, il s’offre. Sa tête dans la main. Oiseaux en cage. L’odeur des chiens. Retrouver la vie du ventre.

Elle pleut en nuit sur la verrière. Longue chevelure lactée par deux chiens couchés. Ici dessine les carreaux séparés du plomb des crucifixions. Ici la dame aux poisons ouvre ses chas et déverse les cascades sur les planchers disjoints.

Au plafond du premier, corridor murmurant des daguerréotypes, on épelle le nom et tout doit s’ouvrir, mais c’est la chair qui s’ouvre, c’est la chair qui s’ouvre, la chair sèche des tunnels du remembrement.

Ses mains plaquées contre le verre, marionnettes des territoires, l’épidémie des reconfigurations du souvenir. Ici où les spectres absorbent les débris de plusieurs vies. On n’a pas le droit de dévier de la ligne droite ; vers la chambre ou l’escalier, plongeon dans les puits de verre, les collines verticales, jusqu’au four à chaux, ici où les corps s’espacent dans un nuage de fumée. Cœur magique de vapeur d’eau. Soupirs d’osselets.

Et dans la chambre où la maison se trouve, quelque chose se cache derrière la façade. La prestidigitation de Liz. S’identifier aux bois du lit, de la table, de la coiffeuse, de la garde-robe. Trahir la transmission. Ne retenir que la nuit cloutée, la chambre télévisée, la salle-à-manger des générations successives, tout trahir, tout absorber, elle une amibe à taille humaine, réorganise son champ d’opération en énumérant les bordels militaires de campagne.

À la croisée des chemins, Liz prend des bains de jeunes vierges et refuse les dénégations.

Soupçons déversés par les douves.

Disparition de l’inconvenance. Ne pas pouvoir pardonner.

Ici où le gibet se dresse, il a la semblance d’une maison.

Son ombre jusqu’à l’école primaire. Pseudonyme des revendications. Savoir qu’on porte le nom du verre brisé. Des fantômes coulés dans les hauts-fourneaux. Ici où la chaleur à chaux. Ici où les corps renforcent les parois. Souvenir calcifié des anéantissements.

Souvenir calcifié des anéantissements.

499. Les Pommes D’Ornement Du Diable Et Le Venin Des Liserons : Syphilis Au Souterrain VI

Posted in mutilation, poison with tags on décembre 18, 2019 by 1000morts

Dans l’enchevêtrement des tunnels, elle pose ses regards sur les anfractuosités.

Les serpents qui dévorent.

Redescendre dans l’espace magique des cartes à jouer.

Les échelles qui propulsent.

Phyllis ici où coulent les ruisseaux souterrains, plus proche du sommet pourtant, du sommet de quelque chose, doublé de plomb et de pierres dressées, d’autels du sommeil.

Elle, en son bain de tristesse, emportée par les coulis, remonte les escaliers triples pour inspirer les verreries, les peaux de serpent illuminent son visage, tout n’est qu’un jeu dit-elle, et sous sa main les sphères, le bois pourri des rambardes, les bras et les jambes éclatés, la panoplie humaine enchevêtrée de ronces, et sur ses propres branches les pommes d’ornement du Diable et le venin des liserons.

Ici fleurissent les hécatombes.

493. Chrome Aux Chants Irradiés D’Aurore

Posted in demembrement, poison with tags on décembre 12, 2019 by 1000morts

Sous les regards d’œil unique, Chrome sur la seconde marche.

Ils sont loin, ces escaliers de métal menant aux légendes de l’ordure.

Ces animaux à têtes. Cette porte qui ressemble à de la viande.

S’anime devant lui comme une veine au garrot.

Il sent les piqûres sur sa langue. Ses muqueuses en répulsion.

Chrome sécrète son antipoison dans une arrière-chambre du palais.

Et la main tendue, son costume comme une mue par-dessus la mue, comme un salut vers les anéantissements à rebours, vers le vent inverse des grands champs de pavots, des territoires qui penchent, des boissons désaxées dans la bouche, des morceaux de verre dans la nourriture, il sent les vibrations du prédateur qui calcule. Des plumes qui s’ébrouent dans l’air froid de la nuit. Et des chants irradiés de l’aurore qui recousent les scarifications au petit bonheur la chance.