Archive for the virus Category

503. Son Fleuve-Virus Dans Un Bain D’Eau Lourde : Cercle Trois

Posted in noyade, virus with tags on décembre 22, 2019 by 1000morts

Son virus projeté dans les Huit Directions Du Monde. Comme un éternuement d’image. Le reflet bactérien d’une opération terroriste. Un mot lâché dans une gare majeure. Dans un couloir de la foule. Les échos rebondissent sur un plafond courbe. Les particules de magnésium ricochent en flashes qui s’annulent.

Dans les champs de pavots inverses du corps.

Les battements du cœur de Rossetti. Ses femmes noyées aux flux serpents. Ses autoroutes entrecoupées de déchirements. Ses lignes télégraphiques en dérangement. Il dévide les vies en longues et courtes. En étincelles colorées de verre biseauté. En biais d’abord, puis à l’horizontale. La place du mort.

Nile, fleuve-virus allongé sur la verrière, gisant aux yeux ouverts sur la poussière, reçoit la lumière des étoiles mortes, la lumière rouge qui teinte les fenêtres dans les gratte-ciel des parcs d’attraction.

Nile déduit une ville d’une anfractuosité.

Entrevoit la lumière de la nuit derrière les tuiles et les poutres entrecroisées.

Ses bras sur la poitrine. L’image projetée sur son visage.

La course du sang programmée par ordinateur.

Il sent les irradiations. L’odeur des terres rares. L’eau lourde gagner la vie.

360. Fixation Au Croisement Furtif Du Lycéum, Du Waldorf Et De L’Hôpital

Posted in demence, virus with tags on février 13, 2010 by 1000morts

Il est quelconque à l’intersection.

Sourire aux triplés siamois.

Symbole de l’observation et du flicage.

Des délires contemporains aux siens, ceux de la scrutation et du ploiement.

Figé dans son espace, sa boîte en forme de joie, de salutation, tout son bonheur dû à la perte des mémoires.

Il nage dans le grand océan commun sans quitter sa place.

A l’intersection des épidémies.

141. Vision De North : En Père Du Virus

Posted in virus with tags on juillet 19, 2009 by 1000morts

L’homme père de toute la clique, l’ancêtre en sa maison de poutres et de pignons, où les armes sont accrochées aux murs car les vraies destructions se propagent par la voie du virus.