444. Ses Yeux, Ses Yeux, Ses Yeux : Le Double Abîme Du Scalpel Éternel I

Posted in torture with tags on novembre 5, 2017 by 1000morts

Et cette cliente habillée de noir. Celle de l’absorption. Des infrasons.

Des heures qu’elle attend sur son fauteuil. Glass l’épie à travers le tableau noir, flashback dans les modes d’emploi de la nutrition déficiente. Celle qui exige des crocs au lieu des dents, et la famine éthylique à la place du sommeil.

Les adages défilent dans son esprit ; aucun ne s’adapte, aucun ne l’abreuve en sa nuit de pleine lune, aucun ne répond à la situation. Ses doigts courent sur le clavier. Les fréquences se succèdent. Se multiplient comme rats pris dans les vibrations d’un roseau, comme les enfants du paiement de la dette. La mythologie du commerce : tu me prends, je te donne ; tout le monde perd. L’épiphanie des sabots fendus.

La course en esprit de Glass : deux jambes amputées, balancements sur ses gros orteils, ses oreilles percées, les sons en sourdine, le monde qui s’efface en coulisse, le rideau s’abaisse, l’inconscience baigne son cerveau quand la cliente se lève, s’approche du bureau, le contourne, s’approche du tableau noir derrière, son visage à quelques centimètres, sa voilette frôlant la surface irradiée, et ses yeux, ses yeux, ses yeux-vortex chantent des libations aux dieux à tentacules, honorés d’une lueur rougeâtre qui fait glisser de la sueur dans le dos de Glass, qui le pique dans la nuque et le transforme.

– Herr Glass, la multitude…

La voix fait vibrer ses os des échos du scaphisme.

– … vous appelle dans la nuée du double abîme.

Glass, sa chair démultipliée se découpe dans l’immobilité éternelle du scalpel.

Publicités

443. Sous L’Angle De La Maison-Sorcière I

Posted in disparition, Uncategorized with tags on octobre 25, 2017 by 1000morts

Matrice convexe, Liz expire son premier souffle derrière les plantations d’amanites et d’anémones. Là où les miroirs se craquèlent et explosent au ralenti sous le sabot des taureaux. Elle vêle son troupeau d’ombres en creux dans la cave de la Maison-Sorcière.

Là où les chiens se nourrissent dans des toiles de jute qui tremblent après leur passage.

Où d’ores les couleurs du nez qui saigne, et déjà le regard de craie noire ne suffisent plus à amadouer les rats et les artifices. Les murs murmurants des couloirs de poussière.

Elle s’y trouve des échos d’inceste. Des branches noueuses perçant la pierre. Des gouttelettes perlant aux pointes. Des humeurs collant aux bacs d’acide.

Et toute cette vie dégoulinante dans les étages intermédiaires. Ces mains qui s’égarent. Ces culs-de-sac qui mènent à tout. La mise en joue du corps. La mise en pièce des organes génitaux. L’éternelle reproduction du même, vision moderne de la parthénogénèse des monstres.

Etendue parmi les flaques sombres, Liz épouse la forme de son âme perdue dans les corridors murmurants de la Maison-Sorcière.

Aux avancées sur la peau, elle oppose la froideur du vin tourné.

Ecartelée, elle pique du nez dans les rangées de pommes véreuses.

La base du triangle se creuse en pointe de flèche.

Liz, sa forme se dilue dans les artéfacts industriels. La craie des carrières. Le poids de la misère en coulures de maisons à un étage, semblables à des dents cariées. Et lentement elle s’efface dans la moisissure de son premier souffle. Et épouse la forme de la Maison-Sorcière. Sa cave comme crypte. Ses celliers comme tentacules. Ses murs de roche comme cantique. Au retour de l’immondice, l’hymne reprend les décombres. Et son corps devient autel sous les collines creuses.

442. Transdéfiguration De Johannes Wier

Posted in sacrifice, Uncategorized with tags on octobre 24, 2017 by 1000morts

Le Soleil gobé, Wier transparaît dans l’âtre. Sa tête au grenier couronnée de Lune ; ses pieds aux souterrains, percés de six et six Étoiles. Sa descente aux tombeaux décuplés. Voyage immobile dans les catacombes.

Couloirs sont veines.

Formes de la cité fractale, la Cité-Sainte, la citadelle fondée sur les douves, le pouvoir appuyé sur des latrines, l’exhibition atroce.

Les Enfers ligotés sur l’autel devant lui, Wier transpercé de l’enfantement. Son visage gonfle. Sa peau se tend, se fendille, dessine des circonvolutions écarlates. Perce ses volcans sous la poussée du désert. Emporté par le contentement et l’extase, Johannes Wier irradie ses becquerels au cœur battant des atomes.

« Mon Œuvre Au Noir. »

441. À Byble Où Tout Renaît Dans Les Crochets-Tarentules

Posted in poison, Uncategorized with tags on octobre 23, 2017 by 1000morts

Dans la fixation des éléments, la cicatrisation des souvenirs, tout se fige et reprend son souffle.

Murmures des nouveau-nés. La double course en hélice atténue les commencements.

Rien n’est écrit qui ne se grave à la faveur de l’aube.

La pleine lune qui flambe, élémentale en son artifice et ses bengales.

Un monde s’effondre sur lui-même et c’est Byble qui renaît, puisant en ses racines pour expulser le soupir d’avant la Nuit. Pour expirer ses membres-demeures. Dénombrer la teneur même de son essence ordinaire. Le répertoire de ses aspérités intérieures.

Tout glisse quand rien ne bouge. Et que la nuit sort ses pointes-venins en crochets-tarentules.

440. Appel Aux Remembrements Du Dross : Extrême-Nord (2/4)

Posted in metamorphose with tags on novembre 8, 2012 by 1000morts

Aux cavernes sous le château, plient les efforts comme des branches sous la pluie. Colosse de suie accroupi. A la lumière du suif, l’arborescence du dross, la compagnie des éons, l’attente dans le creux des oubliettes. North saigné aux quatre mille veines, distille l’impossibilité de ne pas voir en chaque pièce du remembrement.

439. Des Crocs De Chrome Noir Par Milliards

Posted in metamorphose, vampirisme with tags on juin 26, 2012 by 1000morts

L’alliage de son nom en doublure des cages de Faraday. La maison, trouée de fenêtres, chiens assis sur les toits d’ardoises, prêts aux jugulaires, les capes de soie noire et les mains gantées, SteelSun permanent du grand obscur, son ombre grandit quand se couche le soleil d’acier.

Et jette ses crocs de chrome noir sur les artères fémorales de Byble, escamotée dans la douleur du croissant de lune, sourire de pointes qui s’abat sur les jardins statues.

Les corps se percent de ce qu’ils ne voient pas. Le rasoir entame sa danse-contre-le-temps. Et les nouvelles sombres dans l’oubli.

438. Dans L’Immaculée Ténèbre Des Maisons-Sorcières

Posted in metamorphose, reproduction with tags on juin 25, 2012 by 1000morts

Liz-l’accoucheuse remédie aux sas de l’attente sur les îles du Virus.

A sa décence, remballe sa peau-latex et dévoile ses monstres. L’accumulation drolatique des enfants du goitre.

Soubassement organique, Liz est fleur ouverte sur la rouge bordée des macérations. D’elle poussante les crocus de briques, les amanites d’ardoises et l’efflorescence des gueule-de-loup couleur du verre. Au mastic amer des mastications.

Liz claque des dents dans l’immaculée ténèbre des maisons-sorcières.