Archive for the accident Category

217. Le Waldorf Astoria Du Diable (1/7)

Posted in accident with tags , on octobre 3, 2009 by 1000morts

Moi, North, j’émerge au pied du gratte-ciel, la sphère à cœur ouvert, quelque chose de plus large que haut. Froid. Neige, ma peau picote, mon oreille interne me fait mal. Vertige devant les deux cents dix-sept étages de bibliothèque enceints dans l’armature de béton armé. Tous ces gars dézingués, qui ont joué au saut de l’ange pour la beauté du geste, la feuille morte, le marteau mexicain, tous ces charpentiers latinos, boulonniers polaks, ravitailleurs chinks, toute l’engeance du bâtiment public éreintée à la verticale et, au bout du tunnel de centaines de mètres, leur ultime fainéantise de finir à plat puis coulé dans un pilier quelconque. Jusqu’à ce qu’une bonne âme écrive leur nom au doigt dans le ciment frais, baptisant sans champagne les dizaines de colonnes comme un cimetière de croix blanches corrigées par façadisme.

Je déboule ici même, au pied du Waldorf Astoria, érigé par des spectres pour une compagnie de goules. Et la saveur métallique s’étend lentement de sous ma langue, jusqu’à ériger en mon for le méphitique obélisque qu’est l’immanis de ces lieux, percolant par vagues de métastases, abrutissant ses terminaisons nerveuses, et la lente agonie de son âme d’antimatière.

Publicités

048. Vitriol, Goutte N° 4 : Le Dernier Des Blasko

Posted in accident with tags , on avril 17, 2009 by 1000morts

C’en est presque fini de la galaxie Blasko.  La dernière goutte de vitriol touche le dernier des frères, son cuir fume, s’ébroue sous la lune, les couches superficielles se lacèrent en vitesse, Lugos décape le formol de l’origine, comment est-il mort ? sous la pluie d’argent ; quant à savoir la cause réelle de sa disparition, dans un bruit de bulle qui crève frôlé par ces mêmes balles qui traversent ou ont percé sa fraternité d’hommes de main, Wier n’a pas refermé son sourire de diable boiteux lorsqu’il a empoché la fiasque d’eau de feu et soupiré une fois de plus : « J’annonce une Guerre Du Sang. »

025. Vitriol, Goutte N° 3 : Deszó Blasko

Posted in accident with tags , on mars 25, 2009 by 1000morts

Le cadet Blasko, le ventre implosé sous la poussée du plomb fondu, bascule sur son benjamin qui a toujours eu une cheville plus faible, et c’est la misère du cartilage, une alimentation déficiente, l’effrayante nuit perpétuelle de la crainte, l’appréhension, la toile de l’araignée plus que l’araignée elle-même, la certitude du monstre davantage que sa vision, le sang qui ronge, Deszó soupire son râle final avec un pied qui part dans un sens et le reste de lui dans l’autre, en accent circonflexe, la main lâche l’Uzi qui défèque son foutre et la chiendent de fer en plein dans la tronche de son maître.

006. Vitriol, Goutte N° 1 : Ferenc Deszó

Posted in accident, balle with tags , , on mars 6, 2009 by 1000morts

La rafale de vitriol frappa donc le gars à terre – son costume fut le premier à fumer, des trous percèrent sa chemise, la cravate s’entortilla dans son mouvement de recul, la moitié supérieure de son corps se replia presque sur l’autre par l’arrière, l’Uzi dans sa main droite déclencha sa propre volée de balles explosives – en première ligne de mire : le numéro 2 sur la liste, une baraque valaque du nom de Ferenc Deszó qui vomit littéralement ses tripes par le nombril quand une cavité de la taille du poing s’y creusa avec amour.

Listen to them, finit-il par dire après s’être écrasé la tronche sur le bord du trottoir, le nez dans le caniveau  et l’œil fixé sur l’obscurité de l’égout qui bâillait stupidement là – Children of the night, et la sueur se mêla à la salive, et Josué enfanta Josuah, et Ferenc s’oublia dans un dernier râle – What music they make, ombre parmi les ombres, sur le sentier  de la guerre la petite musique des spectres tandis que, sa bouteille glauque à la main, le Duc de la Peste tenait les comptes dans un grand ricanement de mort-vivant.