Archive pour avril, 2011

410. Mémoire Superficielle Des Accouplements Dans La Douleur

Posted in suicide with tags on avril 21, 2011 by 1000morts

Au choc des frigidités succèdent les déplacements longitudinaux, tout se passe trop vite, les images et les prédictions, branlette de l’espace/temps, rhabillage en vitesse pour tromper l’ennui, la posture du cadavre, navire des fantômes pirates, où tout s’emmêle, se grimace, se moque des mélanges.

Obéissance des missions suicide.

A la surface de l’eau, la mémoire superficielle. Celle des accouplements dans la douleur. Liz erre dans les soutes, les couchettes, la suie des chairs à canon.

Publicités

409. Artefact Quatre : L’Amertume Des Elements

Posted in devoration, poison with tags on avril 8, 2011 by 1000morts

Nous goûtons aux coeurs du singe, les fleurs rouges au jus chlorhydrique, l’amertume des serrures secrètes.

Notre approche était par trop directe, mastication des éléments air terre feu mer, absence de toutes fadeurs.

Nous nous sommes vendus pour une gâche à piège : Artefact Quatre.

408. A La Conquête Des Fleurs Du Stupre

Posted in sexe with tags , on avril 1, 2011 by 1000morts

La concupiscence des choses armées, fleurs du stupre, pénétration des lieux infertiles.

Deux échappées aux clavecins du secret, l’une curiosité, l’autre convoitise. Toutes deux enlacées quand intervient le criminel recherché, le visage sur les affiches.

Musique des recueillements. Il rend compte sur papier glacé.

Muqueuses, elle baise le pied, l’image au ralenti, l’image d’une double blondeur, scènes du sexe unique, puis l’accélération du souvenir, le compte rendu, bouclé, éperdu d’exactitude. Rien n’est caché ; tout est montré.

L’essence même du parfum : révéler en concentrant.

Tout peut rentrer dans tous, le fruits des perles, des blessures, des engoulevents. Les aspirants d’âmes, énumérés sur les toits à pignon, la galerie d’organes violés en batterie, dans les cellules sans consentement.

L’une est mangée, l’autre est goûtée. Décalages images/sons, le pouls ralentit, jusqu’à éjaculation des simulacres.