Archive pour north

460. Pour Cécité Des Ombres Portées : Extrême-Nord (6/4)

Posted in passage, pourrissement with tags on novembre 9, 2019 by 1000morts

Sous son cadavre le vide. North pousse vers le bas la probabilité de trouver du son. Un siège pour sa cathèdre utérine. Sous ses mains l’attente, les miettes de corps, le compost du vivant, les vers qui s’entortillent contre ses yeux et l’ongle des pierres aiguisées comme des chardons.

Henry North passage vers le néant.

Une porte à sa silhouette. Creusée de veines à la forme de ses doigts.

Les baleines échouées, leurs formes énormes contre le ciel de la nuit, la nuit en volume, la nuit en creux, un son qui dit le passage, North au-delà s’enfonce de la terre sous les ongles, une terre qui ne vieillira pas. Boucan dans le vaisselier, il se bouche les oreilles, verres assiettes services brisés, et sous la lune de sang, North émerge à Tikal fredonnant aux esprits un air de flûte répétitif comme un corps enchaîné et la cécité des ombres portées.

456. Les Soixante-Six Pleureuses Du Territoire Insensé : Extrême-Nord (5/4)

Posted in maladie, minéralisation with tags on novembre 5, 2019 by 1000morts

Son peuple délimité du ciel.

Sur ce carré de trente mètres sur trente, toute une civilisation réduite à néant.

Parcours des musées morts, d’une tombe à la suivante, d’une croix à l’autre, un nom suit un nom, des lieux et des prénoms, des hommes et des femmes suturés de murmure, le bois et la terre sèche comme une obole, Henry North roi païen d’un parterre de rocs, chimères bois et terre, le goût de la cendre, le vent qui pousse les boules de poussière, le canon des volutes sèches, le roulis des bateaux qui n’ont jamais vu la mer.

Une goutte d’eau salée sur sa croix incertaine.

Henry North, silhouette sèche, tête et corps, bras tendus, deux dimensions de bois veiné de noir, émaux des eaux fortes, vagues de violons, lancinantes comme une marée sur une terre intouchée, le lichen du temps abasourdi, reniflements, les six cent soixante-six pleureuses professionnelles, toits et tessons, demeure du chancelier, cinéma d’acteurs allemands, l’homme aux yeux du globe, maladie vénérienne, ses yeux sont immenses mais il ne voit pas, pornographie des maladies vénériennes.

North accompli dans la fatalité de son intestin grêle.

Ici gît la perte et le commencement.

Crocs en batterie derrière la porte entrouverte.

Et dans son territoire insensé, Henry North pointe vers le cardinal tellurique. Et joue son âme éternelle au vieux tarot du diable.

452. Au Nord Boire L’Eau De La Nuit Contre L’Électricité Du Ciel : Extrême-Nord (4/4)

Posted in enterrement, possession with tags on novembre 1, 2019 by 1000morts

« Souvenir des choses à venir », dit-il. Sa voix comme passage des arbustes. Fougères roulent sur l’allée entre les silhouettes pointues. Télégrammes tricotés sur piqûres. Ajouts à l’édition du jour. Plomb sur plomb. Demande paternelle des aveux. Henry North sur la pierre, édition spéciale en pierre poreuse, celle qui boit l’eau de la nuit, qui égrène ses lettres de recommandation dans un espace au sud du sud, délimité par le bois et l’os, North toujours là, debout devant la presse et les lettres de plomb, rejouant la guerre et la mesure des mots, au papier jour après jour, la nouveauté des ascendances.

Et lui égrenant ses raisons d’être là, parmi l’autre, le pays étranger entré dans son corps, Henry North échangeant son sort contre un rideau rouge, lui revenant sur sa promesse, celle d’un bal de fin d’année, d’une fusion de fin de guerre, la lumière rouge qui marque la fin des corps, North la transgresse et joue au tarot quand la mort coupe et la peste choisit avec quelle moitié elle compose sa pioche.

Henry North dans son sol sec, sourit à l’agencement de pairs et d’impairs. Suite du diable. Valse des figures géométriques.

Et la composition du ciel comme reflété dans les flaques de galets. Douze visages de ne rien dire. Douze façons de s’opposer au ciel.

Henry North comme éclair accompli contre l’électricité du ciel.

445. Les Silhouettes Chancelantes Du Dernier Vitrail : Extrême-Nord (3/4)

Posted in poison with tags on octobre 25, 2019 by 1000morts

Lui, l’homme délaissé, avide sur sa couchette, dans le couloir aux émaux et camées, aux carreaux cuits dans la fonte et bleus de visages, aux serpents-dragons et vases rouges de suie, dans la vapeur photosynthèse et l’émanation de ce qui sort de l’aiguille, au bout du roseau la musique des attendrissements, les scènes schématiques qui disent l’avenir, vitraux du nord qui lisent la fin, sept chœurs en efflorescence, la femme au piédestal d’étoiles, les doigts plantés sur un croissant de lune, électrise les points de cornes quand le ciel bleu nuit, amolli par la moiteur d’un reflet sur l’océan, joue les portes contre elles-mêmes et les banquets du souvenir du sang versé.

Henry North, sa sépulture en point de crochet, signé sur le sable, gravé dans la créosote, cyanure pour l’or escamoté, silhouette portée sur les cimetières sous la lune, décale le soleil vers la droite, le fond, toujours derrière, vitrail du nord, celui où tout finit, le plomb que rien n’atteint, le verre que rien ne dégage de lui-même, aventures circulaires des pèlerins du diable.

North, porte de sortie des voyageurs du labyrinthe. Suivent le chemin jusqu’à l’extrême-centre. Fusionnent l’atome en éclairs de latence. Et destinent les carreaux de verre cuit en silhouettes chancelantes sur le chemin des caves irradiantes des centrales de Byble.

440. Appel Aux Remembrements Du Dross : Extrême-Nord (2/4)

Posted in metamorphose with tags on novembre 8, 2012 by 1000morts

Aux cavernes sous le château, plient les efforts comme des branches sous la pluie. Colosse de suie accroupi. A la lumière du suif, l’arborescence du dross, la compagnie des éons, l’attente dans le creux des oubliettes. North saigné aux quatre mille veines, distille l’impossibilité de ne pas voir en chaque pièce du remembrement.

435. L’Image Offerte Des Masures Menstruelles : Extrême-Nord (1/4)

Posted in metamorphose with tags on juin 15, 2012 by 1000morts

Les vibrations de briques prolongeant ses veines avec la transition des vols de furies au marigot du mythe. Henry North, perdu dans un canyon électrique, perdu dans ses pensées en fleur de motel, gravitant autour d’un tatouage, bavard humant l’air et tirant sur son fume-cigarette avec l’avidité d’un vieillard suçant la jeunesse aux larmes de ses crocs perdus, desséché, desséché, esclave offert en sa victime et image gratuite des maisons hantées suçotant leurs menstrues sous la lune.

399. Vision De North/Wier/Lodger En Triple Echo De Chair Etiolée

Posted in etouffement, maladie with tags , , on décembre 22, 2010 by 1000morts

Il lui fallait cela : faire un avec la surface après s’être uni au souterrain. Son oeuvre au rouge : Wier et lui, Lodger et lui, trois facettes de l’extrême-nord, unis dans la canicule alimentaire des corps qui dégoulinent et s’étiolent dans la maladie et l’étouffement des cellules.