Archive for the toxicomanie Category

469. Ici Nous Sommes Cachés Dans La Maison De Chair : Double Abîme Scalpel Éternel VII

Posted in irradiation, toxicomanie with tags on novembre 18, 2019 by 1000morts

Savoir qu’il faut s’y mettre, clavier pour mains d’enfant, la musique sourde des touches ultramodernes. Comment couper quand les mots apparaissent sur un écran de la taille d’une enveloppe ? Quand ils sont fréquence hors de toute bande magnétique ?

Bond dans le temps. La machine hoquette. Régurgite sa grammaire ancienne. Les promesses des tempêtes. Liées aux espoirs des ossements. Liées aux lècheries de blessures sous les coups de tonnerre, jusqu’à l’amoindrissement, la perte et la magie, jusqu’aux répétitions des jeux d’étranglement, Tim S. Glass dans les vestiaires et les toilettes pour homme, échangeant ses faveurs contre de la monnaie de singe, recherchant ses brûlures de guerre, parmi les retombées, les gradins recouverts de peau adolescente, des blessures hormonales, des dénonciations au proviseur, Tim photographe des entités intérieures, la marginalisation des témoins, il imprime des torsions dans les muscles du réel, écrans de chair, quelque chose comme un gant d’espion au bout du bras, écoute des aspirations du fluide, pénétration des tuyaux secrets, mains plaquées sous le plafond de verre, quand l’homme étouffe dans sa rivière incroyable, après l’échange des quantités d’eau et d’atomes, Tim sa mémoire de plomb gravée des radiations nocturnes.

Il déploie la vie d’un autre, sons d’une autre pièce, gémissements et coups contre les parois, raclements, râles sourds, scènes d’un autre étage, au Core Motel il surprend des discussions sur l’atome, les mondes impersonnels, cette machine qui vous crée, les mondes de l’eau, les mondes derrière les chutes d’eau, ceux qui se creusent dans le pli du bras, dans la forme d’une personne, sculptée dans la glaise de chance, Tim ici s’insère, une bombe lâchée un jour de transfiguration avortée.

Bombe à fragmentation.

Plusieurs dialogues dans la maison de l’anneau.

Électrons qui s’entrechoquent dans un verre de bière.

Nous sommes cachés ici, au vu et au su. Maison de la chair. Fréquence interdite. Silence des projections. Cachés au jour. Les semblances d’ailes brisées. Moineau qui chante dans la nuit, son ombre creusée dans le bois, son chant gravé dans la voix.

Plusieurs morceaux de Tim tourne à contresens.

455. Hémisphères Éclatants De La Vérité-Radium : Double Abîme Scalpel Éternel III

Posted in toxicomanie with tags on novembre 4, 2019 by 1000morts

Le voici las, en morceaux, en son territoire secret, parmi le radium et les ciseaux, les bandes aimantées et les anneaux magnétiques, la machinerie obscure qui l’électrise, celle qui hante ses rêveries, Glass face à l’écran immense, encore fasciné de tentacules quand sa cliente a passé. Ces excroissances, chant d’alcool, manteaux de profondeur, les deux pans d’une même tenture, sur la coursive les dieux du mal, sous la poursuite sa forme de l’attente, jeu de massacre, Glass et les ombres qui ne se dissipent pas au soleil.

Les heures défilent mais les circonvolutions serpentes se tordent toujours sur la toile tendue.

Les machines chauffent.

L’huile baigne l’air d’une semblance de poison.

Ses poings serrés sur ses tempes.

L’écartèlement du divertissement.

D’un pore à l’autre les hémisphères s’écartent.

Glass devant le spectacle des révélations, sentant sa fin dernière, déjà mort quand la vie commence, accepte l’affaire et signe le chèque, appuie sur l’œuf pour craqueler la coquille et libérer l’âme des prophètes, première repousse, premier rejet, extinction des ombres projetées, dans l’enveloppe de papier brun, la bouteille et le cliché, déchirer le polaroïd et boire l’alcool bleu, l’alcool des tourbes, l’alcool et la vérité inscrite dans la viande de ses tempes, serrées de poings, usées de radium, un viol long et raisonné, l’œuvre au blanc de Tim S. Glass, appesantie de sagesse, pas de livre ici, que des bandes magnétiques et la certitude, l’infinie certitude que tout ça finira mal.

400. Algèbre Du Besoin, Géométrie Du Mal

Posted in toxicomanie with tags on janvier 6, 2011 by 1000morts

Son premier souffle dans un monde sans flic.

Il prend ses marques, ses empreintes digitales dessinent déjà le schéma des rues, les dédales de fourgueurs, les planques avec triple sortie de secours, les leurres, les fausses piaules d’étudiants mais vraies baisodromes pour camés en manque, toute sa géométrie du mal, Rossetti la réapprenait tandis qu’il marchait vers la grand-place éclairée d’une mystérieuse lueur bleu pétrole.

038. Dans Un Million De Cages, Partie 1

Posted in meurtre, toxicomanie with tags on avril 7, 2009 by 1000morts

Byble, bâtie sur des sables mouvants, parcourt des années-lumière le long de la côte est. Lorsqu’ils y accostent, les marins ne regardent pas dans l’eau : ils fixent le monastère et marmonnent des mélopées douceâtres, puis se concentrent sur le port, la sinistre capitainerie, ses pierres suifées, sa longue pipe de dross dressée noire comme une obélisque. Les marins prient quelque chose qu’ils ont oublié, car ils savent que, dans cette tour, on allume les cigarettes aux chandelles.