Archive pour octobre, 2010

388. Peut-On Souffrir D’Un Espace Qui N’Existe Pas ?

Posted in operation chirurgicale with tags on octobre 29, 2010 by 1000morts

SteelSun désarticulé cherche à couper ses fils dans cette chambre où personne ne gît dans l’autre lit.

Les infirmières font bien attention à ne pas regarder au-delà du rideau blanc qui l’en sépare.

A faire comme s’il s’agissait d’une chambre individuelle.

Cet espace n’existe pas.

Et lui, embaumé sur son plan de torture, ne peut que voir cette forme creusée dans les draps.

Et la suie d’un brun rouge qui en relève le contour.

Publicités

387. De La Résurrection Des Phalènes Aphones

Posted in maladie with tags on octobre 26, 2010 by 1000morts

Le roi tremblant sous la poussée des trois souffles.

Trois haleines sur sa gorge.

Trois signes de la vie qui se désemplit. Qui perd son équilibre.

Aucun n’est suffisant pour le convaincre de renaître. De signer le contrat. De troquer sa place incertaine contre un trop-plein d’assurance. Une maladie hautement contagieuse, une lourdeur dans ses articulations, une mince rivière qui fait son lit dans ses artères, humecte les fibres, ranime les connexions, devient un flux, une fleuve urticant.

Mais rejeté par ces trois souffles, obligé de choisir, Rossetti redevient cette tombe de gravité qu’était son corps, ravivé dans un enterrement collectif de toutes les ombres qui faisaient son âme.

Et se dresse à nouveau, attiré par la lumière, phalène aphone étourdi par sa résurrection.

386. Chambres Corporelles Avec Vue Sur Un Autre Plan

Posted in mort-vivant with tags on octobre 21, 2010 by 1000morts

Sa tête dans une bassine, la bassine dans ses mains, Lodger ne sait plus où donner de la tête.

Le raccourci l’a laissé sans souffle. Même l’ascenseur lui paraît menaçant. Plein de cadavres hypnotisés par la drogue.

Trop de naissances laissent des blancs dans la tête, des zones de crépuscule, des angles morts. C’est là mais ce n’est pas vu.

Lodger doit pencher légèrement la bassine pour que ses yeux voient plus loin que le bord d’aluminium.

Le prosaïsme de la situation lui échappe légèrement ; il a perdu au change. Mais les corps nus sont bien là, étalés sur leurs tables de fer, accrochés aux sommiers continus. Certains se meuvent doucement ; la plupart sont inertes. Les yeux, cependant : tous les yeux sont écarquillés. Attachés à une réalité qui n’est pas celle-ci.

Leurs matières composent une chambre avec vue sur un autre Plan. Un hôtel étrange à l’échelle d’un crématorium, dont Lodger est désormais le gérant.

Et l’unique locataire.

385. North Se Perd Au Jeu Sanguin Des Miroirs

Posted in maladie, meurtre with tags , on octobre 20, 2010 by 1000morts

North a l’impression de cet autre avant de réaliser sa présence.

Un instant, le siège à côté de lui était vide ; le suivant, on lui parle semble-t-il depuis des heures, à en juger par son propre épuisement. Le déferlement d’informations noie ses récepteurs, court-circuite ses terminaisons. Pourtant, le rythme du discours est incompatible avec le sien, il le sait. Pas tant sa vitesse, non, bien qu’elle soit d’une faiblesse quasiment insoutenable.

La tonalité adoptée lui fait mal, un mal profond.

Lui fouraille le ventre.

Il reconnaît cette voix mais elle est par trop déformée.

Un enregistrement passé au ralenti.

Un ralenti extrême.

Une voix qui lui dit quelque chose.

Une voix qui est la sienne.

Lui dit des mots qu’il n’a pas encore prononcés.

Le prévient d’atrocités qu’il n’a pas encore commises.

Lui détaille les coulées et les sections.

Lui dessine dans l’air ses massacres complexes.

Il réalise alors que l’autre c’est lui, son image projetée à ses côtés par un jeu complexe de miroirs, ricochets sur des bouteilles et des ampoules, des tissus luisants, les peaux en sueur et les muqueuses, des illusions en fragments recomposant son futur.

North se courbe alors en avant et vomit du sang dans ses mains, et tandis que la lame dans son fourreau pousse un cri de colère, clopine vers la sortie pour lui donner ce qu’elle désire le plus au monde.

384. Lodger Retrouvé Noyé Dans Une Flaque De Temps

Posted in calcification with tags on octobre 19, 2010 by 1000morts

Le vieillard attend l’injection jaune fluo, pour revivre encore et surtout perdre la mémoire.

Ces images qui déchiquètent son regard intérieur. Les scènes qu’il ne peut plus regarder en face ; même leur reflet le pétrifie.

Lui qui ordonnait aux nuées, subit une gravité décuplée ; avance par reptation quand il marchait sur le vent.

Debout au sommet du monde ; il contemple désormais les cafards en contre-plongée.

383. Règle N° 2 : La Foi Ne Protège Pas Contre Les Poisons

Posted in devoration, poison with tags on octobre 1, 2010 by 1000morts

Elle mime les serpents avec ses bras, une onde de longueurs, ses cheveux s’allongent en se doublant d’ombre, son corps est d’algues, de reflets incontrôlables, des pensées passent et la traversent sans la blesser, elle parle à sa silhouette, dialogue, hâte l’infusion, s’imprègne de la chaire, rehausse ses imprécations, conquiert, veinules dans l’assistance, des gemmes aux fronts, anneaux magiques, l’or dévorant, oeil allumé, chevelure en flamme, chacun s’immole en agneaux d’holocauste, Phylis descend dans la fosse et se laisser déchirer par flèches et portées, en elle les deux sexes, qui se déploient comme des ailes, et la rougeur de ses joues illumine un instant l’assistance, avant de la déglutir aux crochets venimeux.