Archive pour chrome

433. Danse Des Femmes Annelées En Couloirs De Peau Tendue

Posted in metamorphose with tags on juin 12, 2012 by 1000morts

Chrome franchit les pas et s’endort au point de l’aurore, à la lueur des chambranles organiques et à la semblance des maisons hantées.

Lui, sa forme intenable. Chrome en uniforme d’hésitation, dépouillé de ses oripeaux, abandonné des castes, expiré le Denier Souffle du Dernier Arbre, passe le seuil et s’absorbe dans sa contemplation.

La vision de la maison.

La vision de Chrome.

La montagne et le ciel se toisent au point précis du présent nocturne. Chrome, million de pignons brandis comme doigts grattant la croûte terrestre, fait jaillir le sang des plaies et sucer les blessures et cicatriser les meurtres locaux des épidermes. La danse des femmes nues.

La danse des femmes nues dans les couloirs de peau tendue. Les corridors de l’oblique. Leur goût amer. Le caillot dans la jambe fait exploser le cerveau. Et c’est oeil géant d’OgreChrome qui vous cloue depuis la fenêtre de la chambre-qui-n’existe-pas.

Publicités

428. MantiCore Inocule Au Poison Des Contes

Posted in poison with tags on novembre 15, 2011 by 1000morts

Chrome face au rectangle. Encadrement d’un cosmos plus obscur que la nuit. Sa silhouette comme terre creuse, labyrinthe de corail perdu dans une peau de bête. Chambranle du cartilage, fêlures où le vent siffle, des danses pour Slough Feg et sa ronde de vers géants, tunnels tortillants vers l’autre monde. Chrome, dans l’instant qui blanchit les cheveux de verre et arrache les sphères oculaires, franchit le pas ; Manticore des contes les plus anciens, mord sa queue pour disparaître.

419. Vision De Chrome En Nouvelle Chair

Posted in demembrement with tags on novembre 1, 2011 by 1000morts

Déclic. Il sent la serrure derrière sa peau. Sa clé en main, la forme du couteau. Menace de l’ouverture, mais il lui faut passer.

Au prix des déchirures, syndrome de Münchhausen des crocheteurs du vivant.

381. Entrée Du Vitriol Au Visage Des Sorties Chromatiques

Posted in passage, reproduction with tags on mars 6, 2010 by 1000morts

Quelque chose s’est niché derrière sa peau.

Il sent le couteau palpiter près du coeur, puis descendre vers l’estomac, bifurquer, creuser son nid.

Par ondes de plaisir physique. Des paradis interconnectés, où il revoit les ombres de Messaline sans plus se souvenir de son nom.

Il peut se retourner, elle n’est pas là, il n’y a que le jardin, l’étrangeté du jardin dans la pénombre, avec ses animaux taillés, ses buissons à l’affût, la neige de printemps sur un île de l’Extrême-Centre.

Accouché, Chrome maudit, à moitié dans la lumière descendante, se sent guetté, tout ce possible l’effraie. Des foetus de peur le hantent, des bocaux de vitriol, l’instabilité des mondes sans force de gravité, les corps flottant dans leur exosquelette de ténèbre.

Il se voit lui aussi dans un tube de verre, précipitant au contact des composants chimiques, creuset, son oeuvre au noir inachevé mais il est temps, pour lui, de partir.

De chercher les artefacts et rebrousser chemin.

Involuer jusqu’à la descendance. Sauter de corps en corps.

Jaillir comme une falaise.

Sa spéléologie du Levant. Chrome espère, et doute. Mais il sait n’avoir pas le choix.

Alors il martèle encore, et encore, le bois rugueux de sa porte de sortie.

377. Dans La Doublure De L’Autre Chrome

Posted in demence, Uncategorized with tags on mars 2, 2010 by 1000morts

Le cœur réduit en cendres, en ce jour de colère, Chrome fait face aux orifices.
Les dépendances regorgent de créatures. S’ouvrent aux premiers venus, les fantômes des flammes passées, dans leurs fourreaux en lamé et les touches pianotantes, des enfants aux yeux fixes, figés dans leurs cygnes, glacés jusqu’aux moelles osseuses, énumèrent des comptines cachés derrière les buissons labyrinthiques. Les princesses du dedans.
Chrome n’est pas encore là, qui attend devant la porte qu’un hypothétique majordome réponde à son butoir. Son échine déjà se hérisse.
Son costume a disparu.
Il ne lui reste que sa peau et l’ombre de la façade.
Et l’arme planquée dans la doublure de son autre personnalité.

374. Rouge Sur Chrome, Le Soleil Des Désossés

Posted in disparition, Uncategorized with tags on février 27, 2010 by 1000morts

Sa silhouette parsemée de hérissures comme des clous. Vengeance du contre-champ, douce douleur petit à petit qui atteint les rétines.

Rouge sur Chrome, le soleil des désossés.

Il avance parmi les ronces, s’empiffre de lumière, laisse la lenteur mordre ses bras qui glissent parmi les ronces. « En ces nouveaux territoires je ne suis personne ; en ces nouvelles contrées je ne suis rien. » Les caches d’armes sur l’île Art déco, contrebande des goules, Chrome en manière de coup de soleil, de brûlure d’estomac, ouvre enfin les yeux.

Les vibrations des couleurs, la danse de chaleur qui parcourt les distance, au visage de l’éternel couchant.

L’océan derrière lui, qu’il sent sans se retourner ; devant, la jetée, le ponton, des barques plates, un bâtiment de bois brut en longueur, ensuite un chemin qui se perd en disparaissant derrière une avancée rocheuse, puis la falaise, droite comme un précipice supérieur.

Chrome prend conscience de son mouvement juste avant de s’ébranler. Il hésite à explorer le bâtiment de plain pied, il en subodore les cadavres, les crânes géants qui explosent en aboyant, les fusils planqués cependant, des fusibles d’énergie, assurances sur la mort, des rats infectés, l’expression du contrôle, musiques et cynclintros du blafard, la vermine grouillant dans la paille et les caisses de bois. Il entrevoit les pieds de biche, la gnôle et les antiquités égyptiennes, la volonté du triomphe, occultisme au rabais, spirites en solde.

Chrome prend ses jambes à son cou et s’effondre en un spasme.

373. Passager (10/10)

Posted in immolation, possession, Uncategorized with tags on février 26, 2010 by 1000morts

Le soleil au zénith trouve le Passeur sous un orme, un arbre étrange qui ne pousse plus ici. Un pot de terre cuite est posé à ses côtés, il est assis à l’ombre, appliquant l’onguent sur ses cicatrices. Des lignes rouges sur ses bras et ses jambes, et labourant son torse nu dans la lumière vibrante. Ses cheveux noircissent légèrement sous le poids de l’ombre bleutée.

Encore une chaleur à vitrifier l’asphalte.

Un peu plus loin, les vagues accordent aux engoulevents un autre jour de répit. Une tache rousse s’approche de l’arbre, trottine au milieu des herbes rares, dodeline de la tête, avise une poussée de fraîcheur sous une branche avancée, pas trop proche du Passeur, et s’assied. La chose arrondie se lèche tranquillement les pattes.