Archive pour chrome

507. Chrome Au Palier D’Où Le Soleil S’Effondre : Cercle Sept

Posted in demembrement, sacrifice with tags on décembre 26, 2019 by 1000morts

D’ici il voit les recettes secrètes, le hall de nuit où le soleil s’effondre, les marches où les enfants mordus s’extirpent des crocs du soir, les buffets du gel où des poissons viennent frayer et mourir, frayer et mourir, frayer dans le permafrost et compter les ailerons subdivisés dans les océans de travellings compensés.

D’ici il entend les échos sur sa peau, réverbérer les chocs utérins, les reflets sonores de la grande verrière. Les enfants s’endorment derrière les portes-fenêtres. Rideaux rouges. Rideaux rouges. Rideaux rouges cachent des sentiers dérobés et des univers à rebours.

D’ici il monte aux caves, aux infiltrations souterraines, aux inflexions dans les muscles de terre, aux fibres médusées. Il grimpe dans les strates de l’extrême-centre.

D’ici il peut voir la mousson dévaster les sous-sols d’un ciel noir d’où descend le feu.

Chrome d’ici comme alliage incertain, sa maigreur laide au visage du néant, s’arrête un instant sur ce palier d’où l’on aperçoit des autels et des créatures abaissées.

Ses êtres aux yeux d’écartèlement, aux bouches des grandes profondeurs, sous la pyramide de branchages et de parois successives, sentent d’ici l’arrivée du Messie aux phéromones d’étincelles.

Chrome, écran noir et blanc, diffracté sur son écran d’étages, étend les bras, effleure la rampe de bois sombre et le mur d’amande claire, le fauteuil égaré contre la porte-fenêtre, le congélateur où attendent les âmes-poissons, et sent la vie s’amoindrir. S’étirer jusqu’à passer dans son éteignoir intérieur. Brusquer les lattes de bois sous le tapis. Craquer les allumettes l’une après l’autre, mouvement lent du soufre qui embrasse la ténèbre interne, promesse pardon et négociation.

Chrome debout sur le palier, mesure la sauge et l’ancolie.

500. Souvenir Calcifié Des Anéantissements : Sous L’Angle De La Maison-Sorcière

Posted in immolation, irradiation, meurtre, poison with tags , , , , , , , , on décembre 19, 2019 by 1000morts

L’air est flammes, ici où les géants ont copulé sur les monticules. Lames de volcans. L’aveuglante nudité. Des œufs étranges sous le nid d’étoiles. Alors il n’y avait que du sang rouge dans les tranchées. Des visages interdits tendus vers la lune. Les reflets du poison sur leurs peaux d’écailles. Quelque chose dans la rythmique de leurs cris, la pulsation de leurs griffes, le chant de grillon parmi leurs étincelles internes. Tout près d’ici, le grésillement d’une chair en feu dans une carcasse de voiture. Les abords des ruisseaux nucléaires.

Chute de mondes.

Ici où les racines plongent, où les astres portent un nom, numérotés d’usage, endogames en leurs cryptographies du diable. Coupés des artères, dans l’arrière-boutique du corps, ces silhouettes cyclopéennes s’ébrouent en contrebas de la maison.

D’ores les coquillages s’amoncellent. Pétrole incandescent. Lui qui explose au bain amer. La colline comme un poing serré. Un œil ouvert sur la boîte. Ces fruits aux autres couleurs. Ici où les nouvelles créatures se serrent les unes contre les autres, pour s’échauffer. Sous les pluies acides. Les lignes de basse, réunies en un nuage, rubans de voix, visages qui hantent derrière le verre dépoli. Les enfants s’éveillent au bruit qui claque. Jouent à cache-cache avec le temps.

Et déjà les ossements s’entassent, allongés sur les civilisations pétrifiées, œil ouvert œil fermé, nettoyés à l’alcool. Strates après strates. La fortune des envieux.

Affamés, les seigneurs de la faim négocient leur passage dans un autre monde. Ici où les fenêtres oculaires grésillent au tison de l’appétit. Leurs doubles rangées de crocs saignent au délire de la peau. Caressent les contours d’une ombre. Et entendent les cycles de l’écho.

Ces animaux creusent les fondations, rabattent les monceaux de laitance, encerclent la suie dans les collines creuses, appréhendent les retours maudits, touchent du doigt le chambranle des portes définitivement closes.

Néons de couleur aux bordures.

Mâles déguisés en femelles près de la chandelle allumée.

Ici où tout est flammes.

On pose les bases d’un mensonge de stèle.

Papillons d’yeux sur les paumes de leurs mains.

Vapeur poreuse découpée en bloc.

D’un côté, les pierres s’élèvent ; de l’autre, la paroi s’éventre. Bientôt gagnée par l’herbe et l’ordure, les salamandres de l’autel, les sentiers qui perdent la vue. Falaises déchiquetées longent la voie ferrée. Ici où l’on dresse des fours comme totems des aliénistes.

Ici où mourir signifie retrouver la chaleur.

Par-dessus la colline noire, mil neuf cent vingt-sept, les pierres s’ajustent, les chairs brûlent, plan de travail, factures non payées, et ces hommes qui poussent, tirent et élèvent, barbouillés d’une suée blanche, pour le prix d’un exilé, un qui se multiplie comme un miracle. Eux triturent les viscères. Leurs corps dans la pierre. Leurs corps dans la pierre.

D’une façon ou d’une autre il y a eu pacte.

Portrait d’un crime, recouvert de ciment ; pas de reflet, jamais, de la maison dans le petit étang qui la polit comme un miroir. Rien ici ne se vit.

Buissons de noisetiers. Fosse septique où les enfants se perdent.

Trois générations pour jouer à la roulette russe. Point de guet pour l’entre-deux. Zones d’apitoiement des vents contraires. Quelque chose dans le ciel qui se déchire. Tenir tout au bout des doigts, le serpent luminescent, les regards en plongée, les iris découpés, l’avenue cachée sous les serres chaudes. Le goût du soufre ouvre des portes. Là, tout près de la caverne à la vierge. Planquée comme une chienne le long des marches. Tout ici a toujours été ici.

Et très vite les chambres à part. La séparation des dynasties qui se lèvent. Vue sur les najas. Vue sur la clôture épidermique. D’un étage l’autre, brume napalm du silence.

Ici où l’on bâtit une chapelle, ils atermoient sur leur âme lorsqu’il s’agit de se planter un couteau dans le cœur. Ils ont fait ces caves, ces tunnels aux murs de terre sèche, ces bifurcations, ces étouffements. Ils ont fait ces carreaux bleu et blanc, ces portes-fenêtres et ces pièces du sommeil, ces montées d’escalier de la morsure, ces paliers d’où l’on se jette, ces chambres de scission, et ces dernières marches vers le sommet. Balcon de verre sur la nuit, paratonnerre pour garde-fou, les larmes conductrices d’étincelles.

L’odeur du créosote et du cyanure. L’or blanc des maisons de passe. Toutes pareilles. Buissons desséchés, les hurlements des créatures, deux-façades de la misère, des histoires plein les commissariats, murmures aux veines blanches, ils ont monté des grilles et bâti des dépendances, hululement de l’alcool, fosse commune, l’odeur des bêtes et de la merde, quelqu’un à la fenêtre, dans la strangulation de son monde, un rideau de mains, briser le plomb d’une glace sans tain, et cet animal sans reflet, ses yeux d’images glacés de mauvaise nourriture, un chemin qui monte vers les nouvelles dépendances, et par-delà les grilles l’autre route, entre le grumeau d’une peau rouge et l’alignement pervers des excroissances, le tuyau d’eau glacée, les discussions à rebours, ne pas voir la folie, ne pas sentir l’odeur du cadavre, lui préférer le masque des iris coupés et le rictus des acouphènes.

Ici où l’on bâtit des lignes à haute tension, où les serpents emportent de pleines phalanges, où les murs de mues découpent les poèmes noirs en échardes.

La schizophrénie comme pratique moderne de l’échangisme individuel. Une chambre pour une autre ; passage des fluides corporels d’un étage à l’autre ; transfert des musiques du chambranle ; salles-mausolées aux sarcophages anéantis. Toutes les facettes d’un même diamant faux.

Alignement de pierres dressées ; livres debout dans les bibliothèques de la nuit toujours, face aux cités découpées de persiennes, les statuettes en morceaux, rocking-chair des femmes absentes, et toujours ce parfum, la fleur des respirations nocturnes. Dormir sans paupières. Branlettes sous les tapis de toilette. Spectacles permanents par-dessus les lavabos. Les cuisines mutent en salles de bains. Chambres d’amis où perdure la maladie. Mémoire d’artériosclérose latérale. Mémoire de chapelet. Mémoire du refus et du bannissement.

Faire attention aux pas, aux grincements. Ici où les bêtes viennent boire. Les monticules se font prison. En leur creux coulent les fluides de la viande.

Premières marches vers la porte définitive, l’antichambre des renoncements, goût de métal sous la langue.

Sous la lumière oblique des chambres qui n’existent pas. Boire l’oubli. L’angle précis sous lequel apparaissent les filaments d’aigue-marines. Exaltés par l’accroissement des montagnes oculaires. Comment cerner une maison qui s’échappe de partout ?

Fenêtres de bois vernis. Leurs mécanismes escamotés. Basés sur la domination. Visions du château-fort. Visions des distances. Accumuler les expériences. La sueur et le sang. Petite boîte encastrée à gauche de la grille. Des fleurs à séquestrer. Dormir dans la paille plutôt que rentrer chez soi. Subir les questionnements. Raconter les vies.

Sentir les tuiles sous la main. Des propositions d’effondrements. Être un nuage accroché aux anfractuosités. Et sa robe tachetée de trous noirs, devenir ce qu’on n’a jamais voulu qu’on soit. Deux impasses sur trois. Une chance sur neuf de trouver le sourire.

Elle partout dans les murs, sa disparition dans le monte-charge sur quatre étages, toutes ces morts évitées de justesse, tomber dans l’oublie, faire lire les lignes de la paume, les lambeaux à déchirer, quelque chose du sang qui perle, impossible tu comprends ? impossible mais tu sais ce qui se joue ici, ce qui doit se dire, ces jeux de hasard où l’on fait gagner l’autre, la perte du souvenir comme effacement de la pensée, musique atroce, identification des généalogies, elle donne naissance à son père, ici c’est elle.

Conte de fées de la pauvreté. La maison se bâtit d’elle-même, elle enfante ses coupe-gorges, tout le prix qu’elle y met concourt aux descendances ensanglantées. Elle enfant voit les pierres s’élever d’elles-mêmes, magie des transparences, des maisons identiques, des nourritures pour les porcs. Elle soulève la fonte et succombe aux atours de la dame en noir.

Aux appendices mutilés.

Courir les bras contre soi, contre la montre, vers la gauche contourner l’arbre et retour, s’arrêter avant les territoires interdits, les kiosques de caresses, les attouchements, les prairies gonflées d’étrons, les animaux pleins, les frontières de tous les territoires. Ricocher vers la maison et, devant son visage inverse, voir le fer planté dans la chair. Et les larmes métallurgiques étouffer les cris et les reconnaissances.

Ici où le verre égrène ses visages, constater la couleur, l’absence de lumière, la rambarde qui plante ses échardes sous les ongles, le puits peu profond, fenêtre vers un ciel de nuit, oubliette vers l’infini, quelqu’un s’appuie sur le bois, l’homme aux images, qui se noie dans un fleuve serpent, ici où les tatouages remontent le fil du temps, où les ongles grattent la fine couche d’étain, où les limites sont atteintes, il faut se réchauffer en brûlant les amoncellements.

Au ciel où butent les descendances, il s’offre. Sa tête dans la main. Oiseaux en cage. L’odeur des chiens. Retrouver la vie du ventre.

Elle pleut en nuit sur la verrière. Longue chevelure lactée par deux chiens couchés. Ici dessine les carreaux séparés du plomb des crucifixions. Ici la dame aux poisons ouvre ses chas et déverse les cascades sur les planchers disjoints.

Au plafond du premier, corridor murmurant des daguerréotypes, on épelle le nom et tout doit s’ouvrir, mais c’est la chair qui s’ouvre, c’est la chair qui s’ouvre, la chair sèche des tunnels du remembrement.

Ses mains plaquées contre le verre, marionnettes des territoires, l’épidémie des reconfigurations du souvenir. Ici où les spectres absorbent les débris de plusieurs vies. On n’a pas le droit de dévier de la ligne droite ; vers la chambre ou l’escalier, plongeon dans les puits de verre, les collines verticales, jusqu’au four à chaux, ici où les corps s’espacent dans un nuage de fumée. Cœur magique de vapeur d’eau. Soupirs d’osselets.

Et dans la chambre où la maison se trouve, quelque chose se cache derrière la façade. La prestidigitation de Liz. S’identifier aux bois du lit, de la table, de la coiffeuse, de la garde-robe. Trahir la transmission. Ne retenir que la nuit cloutée, la chambre télévisée, la salle-à-manger des générations successives, tout trahir, tout absorber, elle une amibe à taille humaine, réorganise son champ d’opération en énumérant les bordels militaires de campagne.

À la croisée des chemins, Liz prend des bains de jeunes vierges et refuse les dénégations.

Soupçons déversés par les douves.

Disparition de l’inconvenance. Ne pas pouvoir pardonner.

Ici où le gibet se dresse, il a la semblance d’une maison.

Son ombre jusqu’à l’école primaire. Pseudonyme des revendications. Savoir qu’on porte le nom du verre brisé. Des fantômes coulés dans les hauts-fourneaux. Ici où la chaleur à chaux. Ici où les corps renforcent les parois. Souvenir calcifié des anéantissements.

Souvenir calcifié des anéantissements.

493. Chrome Aux Chants Irradiés D’Aurore

Posted in demembrement, poison with tags on décembre 12, 2019 by 1000morts

Sous les regards d’œil unique, Chrome sur la seconde marche.

Ils sont loin, ces escaliers de métal menant aux légendes de l’ordure.

Ces animaux à têtes. Cette porte qui ressemble à de la viande.

S’anime devant lui comme une veine au garrot.

Il sent les piqûres sur sa langue. Ses muqueuses en répulsion.

Chrome sécrète son antipoison dans une arrière-chambre du palais.

Et la main tendue, son costume comme une mue par-dessus la mue, comme un salut vers les anéantissements à rebours, vers le vent inverse des grands champs de pavots, des territoires qui penchent, des boissons désaxées dans la bouche, des morceaux de verre dans la nourriture, il sent les vibrations du prédateur qui calcule. Des plumes qui s’ébrouent dans l’air froid de la nuit. Et des chants irradiés de l’aurore qui recousent les scarifications au petit bonheur la chance.

487. Chrome En Son Léthé D’Atrocités

Posted in fantôme with tags on décembre 6, 2019 by 1000morts

Ici fondent les fantômes.

L’obsession des constructions.

Le retour aux lieux qui n’existaient pas. Découvrir des histoires inracontées.

Le ciment qui tient toute cette poussière. Tendre la main vers le cachet.

Fixer l’œil immense.

Trembler avec la fleur.

Caché sous la toile. Où se projettent les longs métrages.

Corps penché sur la balustrade.

Son torse percé de fenêtres. Lumière allumée à tous les étages. Les longueurs d’onde. La haute tension des mannequins.

Porte entrouverte sur une main armée de crocs.

Dans l’armoire des vaisselles brisées, le torrent d’un son d’éclairs.

Dehors c’est loin, c’est du passé, la couleur foncée de l’ailleurs ; ici c’est maintenant.

Dès la grille, Chrome sentait les buissons d’échardes. Devant le perron, une pièce de monnaie dans la bouche, il se sent creux. Comme une barque échouée.

Manigance ses tatouages de chevelures.

La peau qui picote aux lieux des pliures.

Il resserre le nœud de sa cravate noire et pose le pied sur la première marche.

433. Danse Des Femmes Annelées En Couloirs De Peau Tendue

Posted in metamorphose with tags on juin 12, 2012 by 1000morts

Chrome franchit les pas et s’endort au point de l’aurore, à la lueur des chambranles organiques et à la semblance des maisons hantées.

Lui, sa forme intenable. Chrome en uniforme d’hésitation, dépouillé de ses oripeaux, abandonné des castes, expiré le Denier Souffle du Dernier Arbre, passe le seuil et s’absorbe dans sa contemplation.

La vision de la maison.

La vision de Chrome.

La montagne et le ciel se toisent au point précis du présent nocturne. Chrome, million de pignons brandis comme doigts grattant la croûte terrestre, fait jaillir le sang des plaies et sucer les blessures et cicatriser les meurtres locaux des épidermes. La danse des femmes nues.

La danse des femmes nues dans les couloirs de peau tendue. Les corridors de l’oblique. Leur goût amer. Le caillot dans la jambe fait exploser le cerveau. Et c’est oeil géant d’OgreChrome qui vous cloue depuis la fenêtre de la chambre-qui-n’existe-pas.

428. MantiCore Inocule Au Poison Des Contes

Posted in poison with tags on novembre 15, 2011 by 1000morts

Chrome face au rectangle. Encadrement d’un cosmos plus obscur que la nuit. Sa silhouette comme terre creuse, labyrinthe de corail perdu dans une peau de bête. Chambranle du cartilage, fêlures où le vent siffle, des danses pour Slough Feg et sa ronde de vers géants, tunnels tortillants vers l’autre monde. Chrome, dans l’instant qui blanchit les cheveux de verre et arrache les sphères oculaires, franchit le pas ; Manticore des contes les plus anciens, mord sa queue pour disparaître.

419. Vision De Chrome En Nouvelle Chair

Posted in demembrement with tags on novembre 1, 2011 by 1000morts

Déclic. Il sent la serrure derrière sa peau. Sa clé en main, la forme du couteau. Menace de l’ouverture, mais il lui faut passer.

Au prix des déchirures, syndrome de Münchhausen des crocheteurs du vivant.

381. Entrée Du Vitriol Au Visage Des Sorties Chromatiques

Posted in passage, reproduction with tags on mars 6, 2010 by 1000morts

Quelque chose s’est niché derrière sa peau.

Il sent le couteau palpiter près du coeur, puis descendre vers l’estomac, bifurquer, creuser son nid.

Par ondes de plaisir physique. Des paradis interconnectés, où il revoit les ombres de Messaline sans plus se souvenir de son nom.

Il peut se retourner, elle n’est pas là, il n’y a que le jardin, l’étrangeté du jardin dans la pénombre, avec ses animaux taillés, ses buissons à l’affût, la neige de printemps sur un île de l’Extrême-Centre.

Accouché, Chrome maudit, à moitié dans la lumière descendante, se sent guetté, tout ce possible l’effraie. Des foetus de peur le hantent, des bocaux de vitriol, l’instabilité des mondes sans force de gravité, les corps flottant dans leur exosquelette de ténèbre.

Il se voit lui aussi dans un tube de verre, précipitant au contact des composants chimiques, creuset, son oeuvre au noir inachevé mais il est temps, pour lui, de partir.

De chercher les artefacts et rebrousser chemin.

Involuer jusqu’à la descendance. Sauter de corps en corps.

Jaillir comme une falaise.

Sa spéléologie du Levant. Chrome espère, et doute. Mais il sait n’avoir pas le choix.

Alors il martèle encore, et encore, le bois rugueux de sa porte de sortie.

377. Dans La Doublure De L’Autre Chrome

Posted in demence, Uncategorized with tags on mars 2, 2010 by 1000morts

Le cœur réduit en cendres, en ce jour de colère, Chrome fait face aux orifices.
Les dépendances regorgent de créatures. S’ouvrent aux premiers venus, les fantômes des flammes passées, dans leurs fourreaux en lamé et les touches pianotantes, des enfants aux yeux fixes, figés dans leurs cygnes, glacés jusqu’aux moelles osseuses, énumèrent des comptines cachés derrière les buissons labyrinthiques. Les princesses du dedans.
Chrome n’est pas encore là, qui attend devant la porte qu’un hypothétique majordome réponde à son butoir. Son échine déjà se hérisse.
Son costume a disparu.
Il ne lui reste que sa peau et l’ombre de la façade.
Et l’arme planquée dans la doublure de son autre personnalité.

374. Rouge Sur Chrome, Le Soleil Des Désossés

Posted in disparition, Uncategorized with tags on février 27, 2010 by 1000morts

Sa silhouette parsemée de hérissures comme des clous. Vengeance du contre-champ, douce douleur petit à petit qui atteint les rétines.

Rouge sur Chrome, le soleil des désossés.

Il avance parmi les ronces, s’empiffre de lumière, laisse la lenteur mordre ses bras qui glissent parmi les ronces. « En ces nouveaux territoires je ne suis personne ; en ces nouvelles contrées je ne suis rien. » Les caches d’armes sur l’île Art déco, contrebande des goules, Chrome en manière de coup de soleil, de brûlure d’estomac, ouvre enfin les yeux.

Les vibrations des couleurs, la danse de chaleur qui parcourt les distance, au visage de l’éternel couchant.

L’océan derrière lui, qu’il sent sans se retourner ; devant, la jetée, le ponton, des barques plates, un bâtiment de bois brut en longueur, ensuite un chemin qui se perd en disparaissant derrière une avancée rocheuse, puis la falaise, droite comme un précipice supérieur.

Chrome prend conscience de son mouvement juste avant de s’ébranler. Il hésite à explorer le bâtiment de plain pied, il en subodore les cadavres, les crânes géants qui explosent en aboyant, les fusils planqués cependant, des fusibles d’énergie, assurances sur la mort, des rats infectés, l’expression du contrôle, musiques et cynclintros du blafard, la vermine grouillant dans la paille et les caisses de bois. Il entrevoit les pieds de biche, la gnôle et les antiquités égyptiennes, la volonté du triomphe, occultisme au rabais, spirites en solde.

Chrome prend ses jambes à son cou et s’effondre en un spasme.