247. De L’Art D’Ecrire Avec Sa Cervelle

Lorsque les portes de l’ascenseur s’ouvrent sur le second étage, North débouche droit dans un couloir d’hôpital. Devant chaque porte, un flic est assis, le même partout, sa casquette lusiante vissée sur le front, ses yeux, invisibles, semblent braqués sur le magazine de mots croisés endormis sur ses genoux. Chaque porte est elle-même identique, avec son guichet derrière une petite grille pivotante et son numéro 213. Un instant, North perd pied, vacille poussé dans le dos par le vide et ses yeux se révulsent et son oreille interne change de pôle pour se fixer sur l’extrême-centre. North dans son couloir de miroirs infinis, hésite, se reprend et joue la simplicité. Avance vers la première porte qui vient dézingue le condé sur sa chaise pliante et éparpille sa sciure corticale sur le damier. Deux fois né, il n’a jamais vu le jour, en sept lettres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :