246. Deux Yeux, Un Iris

Derrière la porte, il sent la peau pulser contre sa pulpe, les boucles obscures rouler sur les épaules, la danse des crocs affamés et des doigts pointus, le réel qui se déchire tout au long des griffes et des anneaux gastriques, et la prunelle de ses yeux, cette prunelle unique qu’ils se partagent, en leur laideur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :