364. Passager (7/10)

Avec un bruit de déchirement, le Passager émerge de sa chrysalide. La voix qui le soutient et les mains qui lui parlent ne ressemblent pas à celles du Passeur. Un autre homme, endimanché, passablement blême dans sa lueur d’épiphanie mais impeccable dans sa mise, chapeau claque, habit de cérémonie, gants blancs, moustache fine et lustrée, cheveux aile de corbeau et brillantinés, et ce parfum qui éloigne la brume.

– Il n’est plus temps de reposer, souffle-t-il. Relevez-vous. Vite…

Le frémissement de ses yeux résonne au bruissement agitant l’obscurité résiduelle.

– … ils approchent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :