274. Jusqu’Au Passage Des Fleuves

Les couloirs s’autoalimentent autour de North. S’enroulent comme des serpents autour de sa taille. Pénètrent son cœur et entaillent ses ventricules. Les anguilles dégagent leur électricité. Seul, les méandres sont pour lui. Il avale les bruits, les lumières crues, les pharmacopées de l’hubris. Jusqu’au passage des fleuves.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :