Archive pour north

452. Au Nord Boire L’Eau De La Nuit Contre L’Électricité Du Ciel : Extrême-Nord (4/4)

Posted in enterrement, possession with tags on novembre 1, 2019 by 1000morts

« Souvenir des choses à venir », dit-il. Sa voix comme passage des arbustes. Fougères roulent sur l’allée entre les silhouettes pointues. Télégrammes tricotés sur piqûres. Ajouts à l’édition du jour. Plomb sur plomb. Demande paternelle des aveux. Henry North sur la pierre, édition spéciale en pierre poreuse, celle qui boit l’eau de la nuit, qui égrène ses lettres de recommandation dans un espace au sud du sud, délimité par le bois et l’os, North toujours là, debout devant la presse et les lettres de plomb, rejouant la guerre et la mesure des mots, au papier jour après jour, la nouveauté des ascendances.

Et lui égrenant ses raisons d’être là, parmi l’autre, le pays étranger entré dans son corps, Henry North échangeant son sort contre un rideau rouge, lui revenant sur sa promesse, celle d’un bal de fin d’année, d’une fusion de fin de guerre, la lumière rouge qui marque la fin des corps, North la transgresse et joue au tarot quand la mort coupe et la peste choisit avec quelle moitié elle compose sa pioche.

Henry North dans son sol sec, sourit à l’agencement de pairs et d’impairs. Suite du diable. Valse des figures géométriques.

Et la composition du ciel comme reflété dans les flaques de galets. Douze visages de ne rien dire. Douze façons de s’opposer au ciel.

Henry North comme éclair accompli contre l’électricité du ciel.

445. Les Silhouettes Chancelantes Du Dernier Vitrail : Extrême-Nord (3/4)

Posted in poison with tags on octobre 25, 2019 by 1000morts

Lui, l’homme délaissé, avide sur sa couchette, dans le couloir aux émaux et camées, aux carreaux cuits dans la fonte et bleus de visages, aux serpents-dragons et vases rouges de suie, dans la vapeur photosynthèse et l’émanation de ce qui sort de l’aiguille, au bout du roseau la musique des attendrissements, les scènes schématiques qui disent l’avenir, vitraux du nord qui lisent la fin, sept chœurs en efflorescence, la femme au piédestal d’étoiles, les doigts plantés sur un croissant de lune, électrise les points de cornes quand le ciel bleu nuit, amolli par la moiteur d’un reflet sur l’océan, joue les portes contre elles-mêmes et les banquets du souvenir du sang versé.

Henry North, sa sépulture en point de crochet, signé sur le sable, gravé dans la créosote, cyanure pour l’or escamoté, silhouette portée sur les cimetières sous la lune, décale le soleil vers la droite, le fond, toujours derrière, vitrail du nord, celui où tout finit, le plomb que rien n’atteint, le verre que rien ne dégage de lui-même, aventures circulaires des pèlerins du diable.

North, porte de sortie des voyageurs du labyrinthe. Suivent le chemin jusqu’à l’extrême-centre. Fusionnent l’atome en éclairs de latence. Et destinent les carreaux de verre cuit en silhouettes chancelantes sur le chemin des caves irradiantes des centrales de Byble.

440. Appel Aux Remembrements Du Dross : Extrême-Nord (2/4)

Posted in metamorphose with tags on novembre 8, 2012 by 1000morts

Aux cavernes sous le château, plient les efforts comme des branches sous la pluie. Colosse de suie accroupi. A la lumière du suif, l’arborescence du dross, la compagnie des éons, l’attente dans le creux des oubliettes. North saigné aux quatre mille veines, distille l’impossibilité de ne pas voir en chaque pièce du remembrement.

435. L’Image Offerte Des Masures Menstruelles : Extrême-Nord (1/4)

Posted in metamorphose with tags on juin 15, 2012 by 1000morts

Les vibrations de briques prolongeant ses veines avec la transition des vols de furies au marigot du mythe. Henry North, perdu dans un canyon électrique, perdu dans ses pensées en fleur de motel, gravitant autour d’un tatouage, bavard humant l’air et tirant sur son fume-cigarette avec l’avidité d’un vieillard suçant la jeunesse aux larmes de ses crocs perdus, desséché, desséché, esclave offert en sa victime et image gratuite des maisons hantées suçotant leurs menstrues sous la lune.

399. Vision De North/Wier/Lodger En Triple Echo De Chair Etiolée

Posted in etouffement, maladie with tags , , on décembre 22, 2010 by 1000morts

Il lui fallait cela : faire un avec la surface après s’être uni au souterrain. Son oeuvre au rouge : Wier et lui, Lodger et lui, trois facettes de l’extrême-nord, unis dans la canicule alimentaire des corps qui dégoulinent et s’étiolent dans la maladie et l’étouffement des cellules.

395. Surveillance Aérienne De Tous Les Hurlements

Posted in metamorphose with tags , on décembre 13, 2010 by 1000morts

Les vibrations de briques prolongeant ses veines sans transition ; câbles d’acier enroulé autour de sa gorge et plongeant dans la carotide ; voies ferrées, souterrains, tunnels de la vie qui s’écoule ; la Nouvelle Byble vue du ciel : visage d’un North hurlant.

393. … Lune Gobée Par Une Ville D’Impasses

Posted in meurtre with tags , on décembre 7, 2010 by 1000morts

Il lui a fallu dégainer et se frayer un passage façon rasoir, un littéral bain de sang, vomi dans la rue lorsqu’il a ouvert la porte, détalant de nuit poisseux vers les ruelles, avant de réaliser qu’il n’y avait plus, pour North, que des impasses d’une ville se refermant sur lui lentement.

391. Soleil Perdu Dans Une Tasse De Café Brûlant…

Posted in etouffement with tags on novembre 25, 2010 by 1000morts

North se perd dans une tasse de café brûlant. « Trop d’alcool pour moi », se dit-il. « Je n’ai plus l’âge de toutes ces conneries. »

Armé jusqu’aux dents avec une simple lame, il n’effraie personne, il le sait. Tout est dans la concentration de sa présence, la pureté de son alliage en conjonction avec celle de sa lame. L’intensité de sa remembrance. North était si présent que tout semblait graviter autour de lui, être attiré par son espace particulier, se rapprocher de lui à chaque mouvement. Tout le monde ressentait cette attraction sans vraiment la formuler.

Si vous vous leviez, c’était pour vous rasseoir un peu plus près de lui, tirer la chaise, déplacer la table.

Jusqu’à ce qu’il étouffe, soleil de descente où toute lumière se perd.

389. Vision de North/Glass En Double Cascade Inversée

Posted in commerce, devoration with tags , on novembre 8, 2010 by 1000morts

Penché sur lui, il l’abreuve ; appuyé sur un vieux carton, il festoie. Troc des sécrétions et des dévorations dans les ruelles de la chair.

385. North Se Perd Au Jeu Sanguin Des Miroirs

Posted in maladie, meurtre with tags , on octobre 20, 2010 by 1000morts

North a l’impression de cet autre avant de réaliser sa présence.

Un instant, le siège à côté de lui était vide ; le suivant, on lui parle semble-t-il depuis des heures, à en juger par son propre épuisement. Le déferlement d’informations noie ses récepteurs, court-circuite ses terminaisons. Pourtant, le rythme du discours est incompatible avec le sien, il le sait. Pas tant sa vitesse, non, bien qu’elle soit d’une faiblesse quasiment insoutenable.

La tonalité adoptée lui fait mal, un mal profond.

Lui fouraille le ventre.

Il reconnaît cette voix mais elle est par trop déformée.

Un enregistrement passé au ralenti.

Un ralenti extrême.

Une voix qui lui dit quelque chose.

Une voix qui est la sienne.

Lui dit des mots qu’il n’a pas encore prononcés.

Le prévient d’atrocités qu’il n’a pas encore commises.

Lui détaille les coulées et les sections.

Lui dessine dans l’air ses massacres complexes.

Il réalise alors que l’autre c’est lui, son image projetée à ses côtés par un jeu complexe de miroirs, ricochets sur des bouteilles et des ampoules, des tissus luisants, les peaux en sueur et les muqueuses, des illusions en fragments recomposant son futur.

North se courbe alors en avant et vomit du sang dans ses mains, et tandis que la lame dans son fourreau pousse un cri de colère, clopine vers la sortie pour lui donner ce qu’elle désire le plus au monde.