437. Où Glass Entrevoit Les Octosquelettes

Posted in metamorphose with tags on juin 24, 2012 by 1000morts

Cessation de l’arrêt, quand l’éternité s’enfourche comme un cheval de famine.

Son toit d’ardoises rousses. Ses jambes croisées prodromes d’éclairs.

Les bandes magnétiques défilent, sont stockées dans les arrière-boutiques doublées de plomb.

Glass épie ses clients aux rayons X. Entrevoit les octosquelettes, les tentacules raffinés, les yeux multiples fardés en pupilles fendues des veuves.

Maison du devin, demeure des océans, asile des réfractions. Où les échos des pas se répondent à eux-mêmes, dans le silence et l’épiphanie païenne des métaux lourds.

Publicités

436. Vision De Wier En Monarque Trompeur Des Vampires

Posted in metamorphose with tags on juin 18, 2012 by 1000morts

Wier, ses membres s’espacent, ses tics de langage dévorent son cuir chevelu, il se diffracte dans la pénombre. La fréquence de son corps se divise à l’endroit de l’âme, une glande inconnue lui pousse dans l’arrière-cerveau, son crâne s’ouvre comme un toit de télescope, et l’âme cancéreuse de Wier scrute le noir et la nuit et la chance constellée de hasard.

Wier tend les bras vers les murs boyaux. Ses doigts disparaissent, se font chevrons et poutrelles. Ses jambes s’évanouissent, fondations et piliers centraux, murs porteurs, canaux d’évacuation. La monarchie trompeuse des vampires.

L’incantation des mentats. La mélopée-viande. Wier devient maison hantée sous la poussée du cauchemar.

Et en goûte chaque instant d’éternité.

435. L’Image Offerte Des Masures Menstruelles : Extrême-Nord (1/4)

Posted in metamorphose with tags on juin 15, 2012 by 1000morts

Les vibrations de briques prolongeant ses veines avec la transition des vols de furies au marigot du mythe. Henry North, perdu dans un canyon électrique, perdu dans ses pensées en fleur de motel, gravitant autour d’un tatouage, bavard humant l’air et tirant sur son fume-cigarette avec l’avidité d’un vieillard suçant la jeunesse aux larmes de ses crocs perdus, desséché, desséché, esclave offert en sa victime et image gratuite des maisons hantées suçotant leurs menstrues sous la lune.

434. Contemplation De L’Ombre Déchiquetante IV

Posted in metamorphose with tags on juin 14, 2012 by 1000morts

Cathédrale des seringues. Massifs d’urticants. Abruti par les grandes profondeurs. Rossetti bras levés, bouche qui se trouble, étouffe dans la moiteur extrême de sa ténèbre externe. Avale des goulées de l’autre monde. Fait redescendre sa terreur dans son ventre, l’horreur dans ses gonades. Ribambelles de masques à gaz chez les prêteurs sur gage, piqûres sur la peau d’éphèbe, Nile s’effondre en numérologie des najas en furie.

Les serpents droguent les spectateurs fantômes.

Rossetti mute en maison hantée. Sa chair, liquide blanchâtre. Son visage, cervelle du poison. Ses fondations s’élèvent dans les nuées. Et perdent les spectateurs dans les estomacs innombrables, les entrées à doubles crochets, les oeufs déversés dans les veines, la dévoration des pupilles fendues.

Rossetti est mauvaise pellicule projetée sur un écran d’os.

433. Danse Des Femmes Annelées En Couloirs De Peau Tendue

Posted in metamorphose with tags on juin 12, 2012 by 1000morts

Chrome franchit les pas et s’endort au point de l’aurore, à la lueur des chambranles organiques et à la semblance des maisons hantées.

Lui, sa forme intenable. Chrome en uniforme d’hésitation, dépouillé de ses oripeaux, abandonné des castes, expiré le Denier Souffle du Dernier Arbre, passe le seuil et s’absorbe dans sa contemplation.

La vision de la maison.

La vision de Chrome.

La montagne et le ciel se toisent au point précis du présent nocturne. Chrome, million de pignons brandis comme doigts grattant la croûte terrestre, fait jaillir le sang des plaies et sucer les blessures et cicatriser les meurtres locaux des épidermes. La danse des femmes nues.

La danse des femmes nues dans les couloirs de peau tendue. Les corridors de l’oblique. Leur goût amer. Le caillot dans la jambe fait exploser le cerveau. Et c’est oeil géant d’OgreChrome qui vous cloue depuis la fenêtre de la chambre-qui-n’existe-pas.

432. Flash En Message Aérien Des Pôles Contraires

Posted in disparition with tags on juin 9, 2012 by 1000morts

Dans l’interstice, la jonction du lustre et de la fresque. Les dimensions se multiplient ; le ciel d’orage peint se transforme en bas-relief, les nuages s’animent, positif-négatif, la distance crée l’union et Syphilis disparaît dans un flash de manganèse.

Aspirée par le grenier au-dessus de la nuit.

431. Messaline Elssler Comme Marée Mauvaise De La Nuit

Posted in devoration, fantôme with tags on juin 8, 2012 by 1000morts

Messie renaît à la semblance des maisons hantées.

La Créature Sans Nom vampirise ses habitants et fait preuve d’au moins deux visages.
Peuplée de fantômes, générateur de l’enfermement, elle est l’enterrement prématuré, la peur du noir, les portes entrouvertes sur le vide, les bruits de pas dans la cave oubliée.
Elle grandit ; elle palpite comme un couteau ; elle se consume.
Elle est intersection, est est l’Interzone, elle s’étend comme une marée mauvaise.
Et qui sait si les êtres qui la peuplent ne sont pas eux-mêmes des Créatures Sans Nom.

Au fil des dédales de l’organe, Messaline Elssler ravive la flamme qui vacille et ressuscite les lambris qui dévorent.