Archive for the demembrement Category

397. Au Commencement Etait La Cellule Souche

Posted in demembrement with tags on décembre 17, 2010 by 1000morts

La suivante est vide. Son lit de fer, son tabouret, sa fenêtre grillagée, son ampoule nue tombant du ciel, comme une épeire de lumière recroquevillée.

L’ampoule oscille, les murs vacillent, coagulés, Wier regarde mieux et c’est un réseau d’intestins qui les tapissent, toute une flore en excroissance sur les parois, un jardin d’entrailles, les tubéreuses parcourues de frissons, lianes en reptation, amas de nymphéas qui déglutissent, le suc empoisonné des liserons, sphincters de pistils, Wier referme le judas sur une odeur douceâtre, légèrement émétique, d’un jardin trop longtemps enclos, visible seulement de la fenêtre secrète.

370. Passager (9/10)

Posted in demembrement, passage, Uncategorized with tags on février 23, 2010 by 1000morts

– Ne bougez pas. Ne les regardez pas dans les yeux. Laissez-les s’amuser.

Malgré la lumière avancée, ce ne sont que taches sombres autour d’eux, se fondant et s’extirpant sans logique. Un grondement sourd réveille son foie malade. Et la mort passe devant ses yeux.

Ils restent immobiles un long moment, le regard brouillé par la sueur, des ronces prises dans leurs jambes. L’essoufflement, la fatigue criminelle. Et là, devant, partout, derrière, comme un exosquelette de mastication.

– Non, surtout, ne bougez…

Le Passeur est soulevé de terre et projeté dans l’ombre. Sa trajectoire coupe le cercle et tous se jettent sur lui.

Il n’y a bientôt plus personne pour menacer le Passager, figé dans sa dernière attitude : les bras tendus et le corps en avant. Avec cette tension tenace dans les muscles, preuve que c’est bien lui, même s’il en doute sincèrement, qui a consenti le sacrifice. On ne récrit pas le passé.

Les bruits issus du Passeur sont proprement dégueulasses. On déchiquette sa peau, ses liquides éclaboussent les canines, le serpent de viscères file dans les hautes herbes. Le Passager n’attend pas de savoir si le festin est à leur goût : il se retourne, discrètement et à pas feutrés, commence à franchir les grilles. Elles ont disparu.

Un rire éclate comme un applaudissement.

365. Règle N° 1 : Ce Qui N’Est Pas Eclairé Est Déchiqueté

Posted in demembrement, maladie, Uncategorized with tags , on février 18, 2010 by 1000morts

Sans lumière, elle change de monstre.

Des morceaux de peau traînent encore çà et là.

Scansion obsédante de la vérole.

Applaudissements dans les coulisses ; Phylis déboule sur le devant de la scène, les bras levés en quinquonce avec la tête de travers et les jambes qui s’affollent.

Elle ne joue pas le jeu comme il faut.

Elle s’effiloche dans la poursuite qui la perd.

Ce qui n’est pas éclairé est déchiqueté ; Phylis ne dure guère au jeu cruel des épidémies.

Elle est pourtant centrale, celle qui refuse d’obéir aux didascalies.

Syphilis récrit les données, la distribution, dessine ses propres décors – cependant que l’ombre de Wier demeure en creux sur chacune de ses répliques.

345. Vision De Messaline En Pointillés

Posted in demembrement with tags on février 7, 2010 by 1000morts

La séquence sécante, Messaline ses composants organiques, çà et là. Bourgeonnent dans les bocaux du vitriol. La petite musique d’angoisse pousse dans sa gorge, une pomme d’adam du détroit des sexes. Son image est définition.

332. Retour De Messaline Au Waldorf Astoria Du Diable (5/6)

Posted in demembrement with tags on janvier 25, 2010 by 1000morts

13e étage. Le purgatoire. Une pièce d’échelles, définition de l’être humain, sur chacune à la fois. Monte, descend. Est écartelé. Membres pris entre les barreaux. Et toujours cette immonde obligation du déplacement.

Mécanisme obturé dans la danse des roues. Ça coince au niveau des jointures. La dégénérescence se déploie. Et trouve ses enfants dans des poches trouées.

328. Eveil Des Races Obscures

Posted in demembrement, devoration, fantôme with tags , on janvier 21, 2010 by 1000morts

La congère lui transperce le foie. Cette somme d’incrédulité aspire la matière, la concentre en sa glace oculaire, tourbillonne entre deux monstres des fondations, les formidables gardiens du troupeau souterrain, toutes races obscures, celles qui traînent bordées de soie, celles qui perdent morceaux et lambeaux, celles qui ingèrent toujours et toujours meurent de faim, celles dont l’échine s’épanouit en éventails d’acier, celles qui s’enroulent sur un poing et s’endorment dans un océan de nuit, celles enfin qui hantent les cercles concentriques.

Le petit peuple pyramidal comme nation d’esclaves pour Glass, s’éveille au cri du maître.

Quand North plonge son poing dans le magma, son ombre ne lui appartient déjà plus.

316. Vision De Syphilis En Soupçons D’Organes

Posted in demembrement, Uncategorized with tags on janvier 9, 2010 by 1000morts

La meute a des odeur d’ozone dans les museaux, tous ses crocs en alerte sont dressés vers le ciel, ses pupilles dilatées indiquent plutôt le sous-sol, Syphilis doute de ses propres organes génitaux.

314. Ciel Du Soleil D’Acier III

Posted in demembrement, destruction with tags , , , on janvier 7, 2010 by 1000morts

Messaline s’arrête pile. Leurs pas les ont portés loin des docks, loin des marchés noirs, jusqu’aux places du centre-ville. Les avenues y sont larges, les plans réguliers, l’architecture s’élance et s’entrechoque avec aisance, la lumière des néons n’a rien de sexuel, juste le talent des slogans et l’art des éclairages. Le quartier cardiaque de Byble, ses ventricules à fric, sa veine-cave diagonale qu’empruntent les voitures de luxe et les semi-tanks des transports de fonds, la vie à l’odeur de billets, l’âme qui troque son acier contre l’aluminium et le cuivre des courroies de transmission. Messie est en son territoire, reine absolue parmi les impératrices, la mère de toutes les perles, son destin lui est exposé en rouges et bleus clignotants. Jusqu’à ce qu’une silhouette massive, un gouffre s’élevant jusqu’au ciel inférieur, la cloue sur le bitume et déchiquète couche après couche de pensée. Et c’est dans une vape de courants descendants que Messaline pénètre, peut-être à nouveau, dans le Waldorf Astoria Du Diable.

310. Vision De Liz/Phylis : Les Deux Faces Du Gant Retourné

Posted in demembrement, reproduction, Uncategorized with tags , on janvier 3, 2010 by 1000morts

En naissant à Byble, Liz a engendré Phylis. Et sa cohorte des démembrés se déverse – invisible à l’oeil – sur la ville, tandis que Liz agonise dans la parfaite assurance d’avoir donné vie à la mort en elle-même.

293. Je Serai La Voix Des Disparus Et Des Eparpillés

Posted in demembrement, disparition, etouffement with tags on décembre 17, 2009 by 1000morts

– Il y a beaucoup de dilution, dans cet hôpital.

– Oui, les patients disparaissent parfois, et des fois on en retrouve des morceaux, pas souvent, oui, juste des fois, ou des bouts de voix.

– Des voix ?

– Sur des répondeurs, en petit pendant des émissions à la télévision, vous les entendez quand le présentateur se tait.

– Les voix de qui ?

– Des patients. Ceux qu’on n’a plus retrouvés. Et surtout un.

– Qui ?

– On n’en sait pas le nom, et il change tout le temps de voix, mais on le reconnaît.

– S’il change de voix, comment savez-vous que c’est toujours lui ?
– Par ce qu’il dit.

– Et qu’entendez-vous, précisément ?

– « Je serrerai la vie dans mon poing », « je serrerai la vie dans mon point », en boucle.