521. L’Extrême Silence De La Destruction Pure : Échange 2/2

La fille cachée dans sa peau de suie, porte les bois comme une couronne de vigueur.

Tout est calme ici. D’autres mains ; d’autres yeux. Huit d’entre eux roulent dans des orbites venimeuses.

Plus de souhait à formuler, première étape les secondes qui passent, première étape la mesure des évanouissements.

Son obsession des courants de feu.

Sa tristesse infinitésimale.

Une homéopathie du sommeil.

Elle marche ses battements de cœur, elle marche sa voie funeste vers les souterrains magenta, elle marche une seconde vers le néant, elle marche deux secondes vers le concert de propagandes, elle marche elle marche d’un château l’autre, vers les chants inverses du temps qui se retourne contre elle, tout est tranquille tout est froid, plus rien sentir, plus rien paraître, son visage froid au toucher, ne pas arrêter de boire, cette eau tombée du plafond, cette paroi du dessus, Liz sa vie multipliée par elle-même, suc aux doigts de rosée, sa surface multipliée par elle-même, quelque chose de l’algèbre du besoin, toutes ces silhouettes du détour, certaines griffent sa robe ; d’autres empêchent les énumérations du souvenir.

Son paysage flouté de vitesse.

L’herbe penchée sur sa peau. Les estafilades de sentiments, images disparues, souhaits renoncés, rêves terminés, les attentes et les jours, toutes des secondes, des instants d’anéantissements.

Sa peau luit faiblement.

Cette pièce immense. Cette pièce d’échos.

Au mur devant elle, un miroir d’eau suitante.

Son reflet lui répond.

Elle ne sait plus qui d’elle ou d’elle doit répondre, et qui pose les questions.

Bonjour image, dit-elle, ou peut-être est-elle celle qui répond ainsi.

Qui est montée, accrochée comme un tableau de vigueur, une nature morte sous le soleil, et qui descend dans les aspérités du Ponant.

Qui compte les dernières secondes et qui énumère les syllabes accrochées d’aube, les kilomètres-Ford, la lumière des aurores, les minutes irradiées, la valeur de l’énergie, l’extrême silence de la destruction pure.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :