516. Trois Est Le Signe De L’Autre-Liz-Encore : Chute 1/2

Liz se tient droite dans les bifurcations. Elle entend les sirènes. Les sons qui se répondent. Le bruit des incestes. Les balançoires du viol et des interpénétrations.

Elle échange de place avec Liz.

Elles se rejoignent au pli de l’épaule.

Liz et l’Autre-Liz, laquelle est laquelle ? Et je crie. Je suis debout. Traversée de tremblements, ici-bas près de la terre, Liz adresse parfois sa trinité païenne, elle prend sur elle, transporte les sentiments amoureux d’une décharge à l’autre, Liz et l’Autre-Liz et l’Autre-Liz-Encore.

Ce livre aperçu dans une vitrine. Il crie sa haine du soleil noir.

Liz porte le bois en elle et ploie sous le poids des vers qui la rongent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :