486. Porte Arrière Pour Étouffer Sans Être Vus : Extrême-Nord (10/4)

L’homme North est la carte.

Planisphère apposé sur un globe lumineux, ses yeux épeires, enclos de flammes, dans les rues où l’on traîne, les rues de poussière où le soleil se couche sans cesse, les rues rouges dans le bleu doré de Tikal, et cette envie de vomir des bouts de verre.

Sous le ciel, cette verrière de couleurs, la lumière émétique du soleil qui se pose.

Henry North aux ruelles qui portent son nom.

Téléporté aux grandes cités vides, aux cimetières gravés de mains, aux seins tatoués et dents rougies des femmes-sorcières de Tikal, celles qui offrent une portée, l’échappatoire aux sentiers brûlés, un passage sous la lune.

Montant la colline, sous les rangées d’étoiles du matin, North approche une baleine échouée aux fenêtres luisantes. Dans sa chair le tracé des galeries.

Les dédales d’aiguilles dans les veines.

Chants d’oiseaux dans l’oreille interne.

Appellent les pépiements de l’asphyxie.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :