485. Réunion Au Sommet Dans La Maison Des Antichambres : Syphilis Au Souterrain V

Ici l’on sent l’odeur des compositions.

Quelque part où mûrissent les pommes et l’alcool.

Elle hante les couloirs non tracés. Les roches où plongent les veines.

Le mica du pauvre. La brillance des plèvres.

Son nom l’atroce vérité, la parade des monstres, écho des déferlements.

Elle est ici, ses mains révulsées, elle bloque l’interrupteur et caresse les cheveux, les vies minuscules sous le plancher, au cœur du terreau, ses concavités aphones, son royaume d’échos.

Ici tout est vide, on voit la couleur du vide. La Perspective Phyllis, ces pièces sans air où l’on ne pose pas de question.

Ici d’où l’on vient. La maison tirée des antichambres.

Ici d’où l’on vient. Le soleil noir de la haine.

Ici par où les portes s’entrouvrent sur le vide.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :