469. Ici Nous Sommes Cachés Dans La Maison De Chair : Double Abîme Scalpel Éternel VII

Savoir qu’il faut s’y mettre, clavier pour mains d’enfant, la musique sourde des touches ultramodernes. Comment couper quand les mots apparaissent sur un écran de la taille d’une enveloppe ? Quand ils sont fréquence hors de toute bande magnétique ?

Bond dans le temps. La machine hoquette. Régurgite sa grammaire ancienne. Les promesses des tempêtes. Liées aux espoirs des ossements. Liées aux lècheries de blessures sous les coups de tonnerre, jusqu’à l’amoindrissement, la perte et la magie, jusqu’aux répétitions des jeux d’étranglement, Tim S. Glass dans les vestiaires et les toilettes pour homme, échangeant ses faveurs contre de la monnaie de singe, recherchant ses brûlures de guerre, parmi les retombées, les gradins recouverts de peau adolescente, des blessures hormonales, des dénonciations au proviseur, Tim photographe des entités intérieures, la marginalisation des témoins, il imprime des torsions dans les muscles du réel, écrans de chair, quelque chose comme un gant d’espion au bout du bras, écoute des aspirations du fluide, pénétration des tuyaux secrets, mains plaquées sous le plafond de verre, quand l’homme étouffe dans sa rivière incroyable, après l’échange des quantités d’eau et d’atomes, Tim sa mémoire de plomb gravée des radiations nocturnes.

Il déploie la vie d’un autre, sons d’une autre pièce, gémissements et coups contre les parois, raclements, râles sourds, scènes d’un autre étage, au Core Motel il surprend des discussions sur l’atome, les mondes impersonnels, cette machine qui vous crée, les mondes de l’eau, les mondes derrière les chutes d’eau, ceux qui se creusent dans le pli du bras, dans la forme d’une personne, sculptée dans la glaise de chance, Tim ici s’insère, une bombe lâchée un jour de transfiguration avortée.

Bombe à fragmentation.

Plusieurs dialogues dans la maison de l’anneau.

Électrons qui s’entrechoquent dans un verre de bière.

Nous sommes cachés ici, au vu et au su. Maison de la chair. Fréquence interdite. Silence des projections. Cachés au jour. Les semblances d’ailes brisées. Moineau qui chante dans la nuit, son ombre creusée dans le bois, son chant gravé dans la voix.

Plusieurs morceaux de Tim tourne à contresens.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :