466. L’Aurore Pointe Aux Barbelés Des Délations : Double Abîme Scalpel Éternel VI

Et voici la femme obscure, chassée aux cheveux par les ondes maniaques, celle de la danse du fleuve sur lui-même, autour d’un centre qui ne cesse de mouvoir.

Déplacement des horizons. Lui le doigt sur les lèvres, offertes au bruit du monde, quelque chose qui bouge gravé dans la terre, à des milliers de kilomètres-seconde, l’avenir des recherches, et sa cliente qui est aussi l’objet de la quête ; Tim S. Glass fouraille dans les arrière-cours, les espaces clos de briques, sans fenêtres de respiration. La musique des recommencements.

Son cri s’affale sur le sofa défoncé. La pièce où d’autres se roulent des pelles, les triangles amoncelés dans un coin, révolution des garçons sauvages, clips en tremblements sur le téléviseur dans un autre coin, MTV, groupes d’un morceau, cousus par la guerre, violons en vrille, nation mutation, émission sous couvert de résistance, quelque chose comme le besoin d’exister, l’influx, pas de raison d’être, savoir qu’il faut y mettre fin, et ce, le plus tôt possible.

Trop tard. Déjà les doigts sur les lèvres. Et d’ores l’aurore qui pointe aux barbelés des dénonciations, Tim Glass enquêteur cut-up ne cherche plus que les épanchements et les désassemblages du réel.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :