434. Contemplation De L’Ombre Déchiquetante IV

Cathédrale des seringues. Massifs d’urticants. Abruti par les grandes profondeurs. Rossetti bras levés, bouche qui se trouble, étouffe dans la moiteur extrême de sa ténèbre externe. Avale des goulées de l’autre monde. Fait redescendre sa terreur dans son ventre, l’horreur dans ses gonades. Ribambelles de masques à gaz chez les prêteurs sur gage, piqûres sur la peau d’éphèbe, Nile s’effondre en numérologie des najas en furie.

Les serpents droguent les spectateurs fantômes.

Rossetti mute en maison hantée. Sa chair, liquide blanchâtre. Son visage, cervelle du poison. Ses fondations s’élèvent dans les nuées. Et perdent les spectateurs dans les estomacs innombrables, les entrées à doubles crochets, les oeufs déversés dans les veines, la dévoration des pupilles fendues.

Rossetti est mauvaise pellicule projetée sur un écran d’os.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :