430. Le Démon Du Commerce : Syphilis Ourlée Dans Sa Doublure Interne

Voyez Syphilis, son ombre de jais peignée suspendue au grand lustre, tintinnabulant les perles de verre et les globes incandescents, ses deux mains arrachées aux éclats du grand miroir convexe du corps, et sa concavité peuplée de hantises. Les spectres faits matières, dans l’ordre de la charité.

Voyez Phylis, exposée à la lueur des famines, explosée incessante dans le rythme des danses macabres. Ourlée dans la doublure de son nom.

Silhouette comme balise jetée au lieu du temps. Flottante noyée dans les bras de verre. Le troc des indigènes contre martèlement de leur sang. Voyez, voyez Syphilis échangée pour elle-même, dans un commerce interne qui ne prend jamais fin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :