415. Lodger > Poussée Des Cafards > Archanges De La Peste

La nuée des cafards dans la chambre immaculée. Lodger attaché mais libre, son esprit envolé dans une prestidigitation, chair à parasite, assis contre le mur rembourré, oeuvre aux mouchards, repas des blattes, l’importance du son, des disharmonies, des strates de murmures dans la boîte crânienne, des rires aussi, surtout les rires, qui ricochent, confinent aux gémissements, la chaleur est trop forte, Lodger se fendille sous la poussée des cafards, des cauchemars kératinisés, les archanges de la perte.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :