387. De La Résurrection Des Phalènes Aphones

Le roi tremblant sous la poussée des trois souffles.

Trois haleines sur sa gorge.

Trois signes de la vie qui se désemplit. Qui perd son équilibre.

Aucun n’est suffisant pour le convaincre de renaître. De signer le contrat. De troquer sa place incertaine contre un trop-plein d’assurance. Une maladie hautement contagieuse, une lourdeur dans ses articulations, une mince rivière qui fait son lit dans ses artères, humecte les fibres, ranime les connexions, devient un flux, une fleuve urticant.

Mais rejeté par ces trois souffles, obligé de choisir, Rossetti redevient cette tombe de gravité qu’était son corps, ravivé dans un enterrement collectif de toutes les ombres qui faisaient son âme.

Et se dresse à nouveau, attiré par la lumière, phalène aphone étourdi par sa résurrection.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :