383. Règle N° 2 : La Foi Ne Protège Pas Contre Les Poisons

Elle mime les serpents avec ses bras, une onde de longueurs, ses cheveux s’allongent en se doublant d’ombre, son corps est d’algues, de reflets incontrôlables, des pensées passent et la traversent sans la blesser, elle parle à sa silhouette, dialogue, hâte l’infusion, s’imprègne de la chaire, rehausse ses imprécations, conquiert, veinules dans l’assistance, des gemmes aux fronts, anneaux magiques, l’or dévorant, oeil allumé, chevelure en flamme, chacun s’immole en agneaux d’holocauste, Phylis descend dans la fosse et se laisser déchirer par flèches et portées, en elle les deux sexes, qui se déploient comme des ailes, et la rougeur de ses joues illumine un instant l’assistance, avant de la déglutir aux crochets venimeux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :