366. Au Diable De La Vie En Creux

Son double dans la croisée de ses bras devant le ventre.

Le maître déchu dans l’entonnoir de sa folie.

Lodger bave du ciment sur les capitons qui l’étouffent. Parfait sa mue mais reste prisonnier de la chrysalide. « A quoi bon ? », se dit-il.

A quoi bon gagner en puissance quand on ne peut même briser un lien de cuir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :