329. Retour De Messaline Au Waldorf Astoria Du Diable (4/6)

3e au 12e étages. On s’enfonce. Les tripes de l’Astoria plongent au milieu des nuages, où la vie s’effondre sur elle-même. On croise des champs de pavots, des creusets d’acier fondu, c’est le plan des guerriers, on monte dans la hiérarchie. Des horreurs à plusieurs jambes passent entre les feux. Le noir trime, il produit à plein, c’est l’ère des industries, du mensonge de masse, des léviathans, des nouvelles créatures. L’ère des procréations assistées, de la multiplication du sang. De la dilution du même.

Les miroirs partout possèdent des axes impossibles. Il faut des milliards de sacrifices pour une puissance identique. Le métal par plaques mouvantes sur les paumes. L’alchimie de l’épuisement.

La fiole se vide. Le poison se déverse. Les barreaux commencent à bouger de leur vie fœtale. Le souvenir du vide frappe contre la vitre. Comme un anophèle contre la lumière.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :