321. Comme Une Chair Absorbée In Utero

Ses os calcinés, Glass prend un instant conscience de sa position centrale dans l’univers. Glass est cavité dans la lave. Puis il est noyé, à nouveau. Et son fantôme règne sur des cascades. L’hypotisme de ses yeux. La rapide agonie de ses hyènes en troupeau. La naissance remplacée. Les bras percés de barrières et l’attaque des chiens. La chance dans les oreilles hors l’église où elle n’est pas. Le sens du tragique, politique de la main tendue, torture électrique, Glass tourne en rond et se retourne et se retourne. Mais son ombre reste gravée en lui comme une chair absorbée in utero.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :