307. Du Toit Du Monde, La Carte Virale De Byble

L’odeur du soufre comme parfum du péché, une illusion. Chrome entend les bruits de la vie en contrebas, lui perché sur la pointe la plus haute de la capitainerie, sur le toit, au-dessus du monde. Pas de variation dans l’air ici, pense-t-il. La brise ou le tourment, tout est viral. Et se mêle en maëlstrom sur le chef du monde. Chrome inspecte la carte sous ses yeux, le plan de Byble, les dessins de ses artères, et plus encore la menace des eaux dans son dos, cette rougeur noire de l’océan, la promesse étale de l’étouffement, l’impossibilité d’en sortir autrement que par la tombe. Un Passage encore, se dit Chrome. Un Passage, juste un. Et le mensonge sera clos.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :