299. Le Sceau D’Un Univers En Feu

Choisir d’instinct les anciennes marches, partir dans l’erreur, faire de nouveaux pas, les murs suintent toujours plus spongieux de leur boue électrique, crépitements en arrière-fond, balafres lézardent les veines des contre-allées, ces couloirs de l’oubli de Byble.

Qui emboîte ses enjambées sur les siennes ? La pression irienne diminue.

Des cages d’escalier, ascenseurs bloqués, plans entiers éventrés, des niveaux qu’on ne soupçonne pas quand on a les yeux braqués sur le trottoir digital, sous les feux du soleil liquide. Les chutes gigantesques, au pied de l’univirtuel, se jettent dans rien. Juste une noyée de pixels qui se mêlent et s’estompent.

Chrome et son ombre damnée, assis au bord de l’abîme énucléen. A observer les vagues dévisser.

Chrome conserve ses yeux octuples braqués, mais son attention avatar compense ses propres gestes, et fout le feu à l’univers.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :