298. Fiction De Peau Sous La Mouvance De La Chair

Messaline irisée. Son nombre. L’incandescence de son élégie. Son appétence pour l’autodestruction, l’alcool et l’allumette mêlés en un cocktail baptisé Orgasme De Nonne. La haute silhouette qui s’imprime en creux dans les bars, boit, se consume, passe de bouche en bouche, mâchonne ses apprêts à la recherche du nouvel acier. Dans sa robe bleu électrique, Messie éclipse les beautés locales. Elle est lumière noire et nuit en plein jour, éteint les sens en réduisant les terminaisons nerveuses. L’image d’un oubli, du passé, d’une fiction de peau sous la mouvance de la chair. Et de l’admiration du reflet pour la viande qui l’a provoqué. Messie, son précipité dans un creuset vaginal.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :