288. Les Membres De Liz Repoussent Sur Une Autre

Liz-la-Tendresse, l’étouffante, la touffue, ses pistils de viande, qui enserrent, le bruit dans les étages inférieurs, la somnolence, le vagissement du bas du ventre.

Epanouie et fanée.

Terrible aube et agencement du terreau nocturne.

Un nid en manière de piège-à-loup. Berceau des civilisations.

Le refus du chiffre six. La matière des indifférents.

Incohérence n’est pas chaos se dit Liz. Simple n’est pas facile.

Elle énumère et disperse ses pollens.

Dans la grande soupe populaire des civilisations.

Anémiée.

Perdue pour la souffrance et l’autoérotisme. Juste cette panse éventrée abandonnée à la lumière rouge d’une fleur noyée de rosée.

Gorgée du suc des dimensions.

Rapportée en graine dans un bagage et plantée, comme par mégarde, dans la moisissure.

Poussée végétale.

Répulsive.

L’assuétude des trépanés.

Liz voit ses membres repousser, mais non, c’est L’Autre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :