284. De Traces Que Sa Neige D’Entrailles

Comme un gant retourné, son vagin inversé, l’autre Liz qui était sa peau interne, sa peau s’inverse, comme un plâtre en caoutchouc se redresse, prend pied là où Liz a perdu, perdu la partie, perdu la raison, l’autre Liz qu’était sa Terre creuse, sa planète concave, tapissée d’organes, dense en globules, sa musique des sphères gravée en un long sillon le long des bras, des jambes, jusque dans la fente palatine, ses tuyaux qui évacuent, se désengorgent, la sorcière aux mille chevraux, aux cent mille morts, l’accumulation de ses sécrétions aide Liz à engendrer sa semblance. A la prendre dans ses bras. A se redresser dans la lumière du Ponant. A retomber dans sa torpeur de muscade. A se dissiper, rêve mauvais. A ne laisser de traces que sa neige d’entrailles.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :