281. La Cité-Relique Dans Le Camée

La vanité de Wier, cette propension à se croire à l’échelle d’une grande ville, ses poteaux télégraphiques, l’histoire de ses ruelles et impasses descendantes, les culs-de-sac de Wier, les coupe-gorge de Wier, son extension des gouttières, Wier-le-tout-à-l’égout, une peau d’humus recouverte de goudron. Son visage d’assassin se retrouve sur la face argentée d’un fer à repasser, se dessine dans une pizza, se troque dans un camée, se relique de main à main avec force génuflexions, l’Histoire de Byble s’est écrite tannée sur des pages de sa chair, Wier/Byble s’ébroue dans la moiteur du matin qui s’échappe, et ses cinq points cardinaux ne forment qu’une longue pointe avancée dans le derme commun de l’océan et du ciel. Une manière d’ensemencement mutuel et glacé.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :