267. Une Longue Nuit De Passages Répétés Jusqu’Au Creux Même De Khalaï

Où est-elle passée. Où est cette fille, ses cheveux presque blancs, le grain de sa peau, la viande sous mes doigts. Sa chair feuilletée. Ses mille-pattes internes, la fertile variété de ses devenirs, sa glace aux légions de reflets, son diamant de facettes. Où s’est close cette marche. L’exploration. Fourrailler dans ses conduits. Malaxer les parois, les interstices, les lieux permanents du Passage. Qui me l’a enlevée, celui-là sera traqué, retrouvé.

Jusqu’à l’hallali des ongles retournés et de la bile qui s’épanche.

Celui-là seul connaîtra mon visage avant d’en emporter la fixation sous mes propres doigts.

Une longue nuit de passages répétés jusqu’au creux même de Khalaï.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :