265. Les Mains Au Collet, La Tête Dans Les Flammes

Les mains de Lodger se sont détachées du corps disparu, électrifiées par la discontinuité du toucher. Le Marcheur lui-même a les yeux qui bavent et ses bras tremblent, toute bouche de son corps commence à exsuder, sa température interne monte en flèche, Lodger bouillonne et son sang et son eau et toutes formes liquides de son esprit ; Lodger, pris dans le jeu d’une marche interrompue, a la vision d’un oiseau qui s’enfuit d’un collet en abandonnant sa tête derrière lui.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :