262. Les Deux Iris Qui Mènent A La Nuit

Ils sentent la peau qui s’espace et tout à coup fusionne dans une même ligne de fuite. Elle, l’invisibilité du fantôme, rose éclose au coeur du jardin-labyrinthe, baignée de lumière ultraviolette et des lampes à acétylène ; lui, l’imperméabilité du plomb, pièce d’échec qui se déplace de son propre chef, au gré des stratégies et de l’amour du chaos. Unis dans le mouvement, images qui bougent, machinisme de la magie noire et blanche, oeuvre au pourpre, Messaline et Chrome paumes contre paumes et le double tunnel de leurs visions du Grand Autre, achèvent leur marche d’Enfer au creux d’un ventre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :