259. Le Syndrome D’Euryale III

La statue d’un homme assis sur un banc de pierre, en trompe-l’oeil, à côté de laquelle on peut s’asseoir pour la photo-souvenir, on ignore s’il s’agit d’une de ces stupides statues humaines ou d’un bloc de grès sculpté par un hasard tourbillonnant et abrasif, et peu importe le flacon, Glass attend son ivresse dans une descente, ses battements de coeur s’estompent dans les profondeurs, les strates, et quelque part dans sa grotte de Tikal interne, Glass est là, et chante, comme un dieu oublié, sa mélopée du renoncement.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :