249. Deux Corps, Une Chair

Derrière la porte, elle sent la peau pulser contre sa pulpe, cette métallique engeance qui la poursuit. Ce pourraient être Syphilis et son goût de mercure, le vif-argent qui roule en sphères tout au long de sa veine-cave. La nuit s’efface à la pression des hommes ailés : elle plaque son corps contre la porte, optimisant la surface de chair sur l’épiderme d’acier, et tout ça palpite comme un couteau de boucher.

Ce pourraient être Syphilis et son goût de mercure, le vif-argent qui roule en sphères tout au long de sa veine-cave.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :