245. Les Chants Des Engoulevents

Nile et ses Dynasties parthénogénétiques, l’appareil digestif du Parti, cyanure imbibé, la cartographie de ses déviances dessinait des continents du meurtre. Se développaient comme un papier buvant l’eau rougie, un Rorschach s’extirpant de sa chrysalide de chiffon, l’âme du défunt revenue d’entre les morts pour être bouffée par le premier engoulevent venu, l’enviol des oiseaux affamés sur les toits à pignons, attendent leur heure car elle vient toujours.

Nile et ses Dynasties protoplasmiques, partent du monocellulaire pour atteindre à la perfection minérale, la pureté du sang, les mariages à l’intérieur du giron, de la meute, la descendance qui, effectivement, descend. Chute dans les escaliers. Et perd tout son fluide dans les cataractes des cathédrales consanguines.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :