235. Le Waldorf Astoria Du Diable (7/7)

L’Astoria était médium, devin, étripeur de canailles. Sacrifice de vaudous, bûcher d’inquisiteurs, parfait instrument dans les mains du diable, le stylet déchirant l’enveloppe du ponant.

A cette heure où les corneilles vont décider de la vie et de la mort d’un peuple, nous étions là, au bord du crépuscule, à gauche le soleil-opale, à droite la lune-indigo. Et la marche qui monte ne menait qu’à la chute.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :