233. Sur Le Damier D’Un Mirage Viral

Dans ses derniers mots, Celui-Qui-Prend reçoit, efface, se tapit de la manière du mal, du saisissement. Sorcière-Aux-Tendons, elle ressent en son giron, ses terminaisons nerveuses composent un cocon pour la bête, une chrysalide pour la larve. Un berceau de ramifications. Un Berceau-Qui-Sent. La sainte famille de la prolongation de la douleur et de l’affection. Liz se cache des mélanges griffes & crocs, avance masquée, son visage à la semblance d’une paroi abdominale infectée. En sa cité rouge, descend les escaliers de pierre et s’appuie aux balustrades éventrées. Epie les baleines échouées. Contemple son propre échec. Et déplace son pion interne sur le damier d’un mirage viral.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :