227. Sortie De L’Artyste En Forme De Croix Définitive

Quelque chose ne va pas, la peau fait comme des grumeaux mentaux, emmêle son esprit, phagocyte ses terminaisons nerveuses, Lodger commence à perdre pied, la sonate s’emballe, ses phalanges s’enfoncent toujours plus profondément, épiderme, derme, hypoderme, ses doigts cherchent les récepteurs de son Rêve, les corpuscules de Pacini, lovés, mécaniques, une armée en ordre de bataille, et pourtant lui échappent, les mots se figent, la gangrène se répand, partout disperse son entomologie du mal, et chaque ombre de réflexe ouvre un nouveau Rorschach émétique – Lodger arrache ses mains du corps étendu devant lui. La cellule est noyée d’une lumière métallique, plusieurs aurores ont passé, le mitan lui blesse les yeux de leurs rétines fantômes, son visage d’aveugle se crispe, son épine dorsale dessine une courbe de squale, et Lodger disparaît en fade-out de la petite fumée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :