223. Le Waldorf Astoria Du Diable (3/7)

L’Astoria n’était pas comme les autres, même pas comme lui-même. Celui que nous voyions, que nous touchions était un autre. Certains reflets dans le verre de l’ascenseur ramenaient des accents Art déco. Les structures s’épanouissaient subitement, les plafonds s’élançaient et formaient une cathédrale du moment, puis s’étiolaient et tout rentrait dans l’ordre.

Notre abri était comme ça : insupportable et éphémère. Il occupait pourtant tous les posters du temps.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :