218. L’Obéissance Et L’Obstétrique

Accouchement dans la douleur, Syphilis remonte le cours du temps. Dans sa recherche, elle croise des fantômes, les dieux passés, la montre-miroir sans tain, où vous ne pouvez lire l’heure mais ce sont les aiguilles qui vous lisent. Portée au poignet, glissée dans un gousset, elle évolue, circule, change de mains, choisit son propriétaire comme on étale un onguent, avec circonspection et dégoût. Dans ses narines une odeur de dichromate de potassium, dans ses yeux la lumière de l’émail, la perfection du camée, la fixation du solide, et dans ses oreilles pointues d’ores les échos et déjà le clapotis doucereux de la torture.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :