213. Le Basalte Et L’Asphalte

Son Jumeau en elle, Liz bat les cartes. Retourne le Bateleur, trafiquant d’organes, fait la retape à l’entrée du temple de toile, sur son estrade à l’abri de l’eau qui noie même la boue, hurle son boniment, vend son spectacle sacerdotal, égosille les noms et les actes, la parfaite teneur d’un enchantement progressif, de bas étage, sous le poids changeant de l’averse qui écrase le sons. Perdu dans la brume au-dessus de la ville, le Bateleur, baudruche d’atrocité, clignote du rouge au blanc et projette son ombre sur les plus hauts gratte-ciels. Liz, sorcière sur le chemin des cités vides, marche dans les rues que surplombent le basalte et l’asphalte des trottoirs éventrés.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :